Je suis les 3F !

Allons-nous devoir bientôt porter ce panonceau à Clamart ? Peut-être….

Le maire UMP de Clamart a annoncé à la fin de l’année dernière qu’il voulait détruire le quartier des 3F. Comme son nom l’indique, ce quartier d’immeubles sociaux appartient actuellement à l’Immobilière 3F, société privée de HLM. S’ajoutent aux immeubles des 3F deux immeubles de Clamart Habitat, les R26 et R27.

Ce « projet » de destruction est une attaque sans précédent envers les locataires des 700 logements visés. Humainement, c’est d’une violence inouïe de prévoir de déstabiliser la vie de tant de personnes, en essayant de justifier cette attaque par une description de la réalité du quartier misérabiliste et indigne.

La population concernée a commencé à se mobiliser, notamment grâce à l’action de l’association de locataires CLCV, qui a déjà réussi à faire signer une pétition à plusieurs centaines de personnes.

Il faut que cette mobilisation continue à se développer et s’appuyer pour cela sur les arguments suivants, qui viennent s’ajouter à ce qui précède :

  • Les deux immeubles de Clamart Habitat (R26 et R27) qui se trouvent devant la station de tramway T6 Georges Pompidou sont sous la responsabilité directe du maire de Clamart, également président de Clamart Habitat. Il peut donc décider de faire partir un à un les locataires : en leur proposant d’autres logements ailleurs, en n’entretenant pas ces immeubles et en ne prenant pas de nouveaux locataires.
    Au total, ces immeubles comportent 53 logements. Ils ont été rénovés il y a quelques années et abritent notamment la crèche collective Trivaux (rénovée elle aussi il y a quelques années) ainsi qu’un cabinet vétérinaire utilisé par les habitants du quartier. Certains locataires se sont déjà entendu dire: « ne faites pas de travaux, vous n’allez pas pouvoir rester longtemps »… Cela peut être une rumeur, mais cela montre aussi l’incertitude créée par les propos du maire fin 2014.
  • l’immobilière 3F a fait des travaux et construit de nouveaux bâtiments il y a peu. Comme le disait le site de cette société de HLM quand les immeubles ont été terminés en 2013 :

« Ces bâtiments s’intègrent dans un projet de requalification globale : réhabilitation du patrimoine – 671 logements, dans 9 bâtiments des années soixante -, constructions de 81 nouveaux logements, restructuration des commerces, des espaces extérieurs, des circulations et du stationnement. La transformation du Pavé Blanc est exemplaire de la capacité de 3F de réaliser des opérations de renouvellement urbain en dehors du cadre de l’ANRU, coordonnées avec les projets publics. En particulier, ces nouvelles constructions ouvrent le quartier et lui offrent une façade sur la place Pompidou, elle-même en travaux pour accueillir à l’été 2014 le nouveau tramway T6 Châtillon-Vélizy-Viroflay.« 

Outre le traumatisme pour les habitants, il serait gaspilleur et aberrant de démolir une cité qui a fait l’objet de telles opérations, même s’il reste encore à faire… Les habitants ont attendu 15 ans la réhabilitation et on leur dit ensuite qu’on va les envoyer ailleurs ! Il faut interpeller cette société pour lui dire qu’elle ne doit pas accepter d’entrer dans le projet du maire UMP de Clamart !

  • Un tel projet gèlerait pendant des années toute attribution de logement social à Clamart. Si jamais par malheur elle se faisait, le relogement de tant de locataires ne pourrait se faire, contrairement aux promesses du maire, en totalité dans le patrimoine de Clamart Habitat. Des gens seraient donc envoyés ailleurs contre leur volonté. Malgré cela, les relogements à Clamart bloqueraient l’accès aux logements pour ceux qui ont déposé des demandes de logements, parfois depuis longtemps. Comme, de plus, le maire UMP veut limiter la construction de nouveaux logements sociaux, autant dire que le résultat serait le départ de Clamart de nombreux habitants dont des jeunes aspirant à y rester….

Nous appelons donc les Clamartois-es à soutenir les actions de la CLCV et à interpeller :

  • Les 3F:
    • Siège national:
      Immobilière 3F, 159 rue Nationale, 75638 Paris cedex 13
    • Direction départementale des Hauts-de-Seine :
      76 bis, rue Gallieni, 92100 Boulogne-Billancourt
  • Le Préfet des Hauts-de-Seine (concerné par un tel projet) :
    167-177 Avenue Frédéric et Irène Joliot Curie, 92000 Nanterre

prefecture@hauts-de-seine.gouv.fr

  • la Ministre du Logement (qui verrait dans un tel projet toute sa politique d’accès au logement mise en cause) :
    72 rue de Varennes, 75007 Paris

http://www.territoires.gouv.fr/Contacts

Nous continuerons à vous tenir au courant sur ce dossier.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Je suis les 3F !

  1. Maxime Lesour dit :

    Merci à vous de suivre ce mouvement ainsi que pour votre argumentaire complet et sans polémique superflue.

  2. claude Pernot dit :

    Comment interpelle-t-on ?
    Par courrier ?
    Par mail ?

    Sinon on fera des courriers, mais c’est beaucoup plus long et pas bloquant pour ces organismes, sinon pour les résidents qui leur écrivent …

    Merci de donner les adresses mail si vous les avez.

    PS : je me souviens en 1968, déjà grosse action de solidarité avec les habitants des 3F pour la mise en état du centre dit culturel qui ne doit plus exister depuis des lustres …

  3. YAMANI Souad dit :

    Bonjour, Juste pour précision et contrairement à ce que vous indiquez, en ce qui concerne l’immeuble R27, les appartements n’ont jamais été rénovés. Mes parents y vivent depuis 1978!!! Les parties communes sont insalubres. les ascenseurs pas aux normes et dégoutants. L’immeuble inaccessible aux personnes handicapées dont plus aux normes non plus. Les caves sont infestées de rats. Les canalisations sont pourries. Bref…le traumatisme pour les habitants c’est de vivre dans ces conditions aujourd’hui en 2015!

  4. CCadminWP dit :

    Nous vous remercions pour ces précisions et nous comprenons très bien vos remarques.
    La destruction des immeubles R26 et R27 impliquerait normalement le relogement de 57 familles dans le parc de Clamart Habitat. Cependant, dans un contexte incertain ou le maire s’est engagé à diminuer le nombre de logement sociaux, ceci est loin d’être une certitude…
    Autre conséquence, ces 57 relogements, prioritaires, repousseraient mécaniquement pour le même nombre de familles actuellement en attente, l’accès à un logement social (et ceci pour de nombreuses années). De plus, il est vraisemblable que les relogements, quand ils seront proposés, ne se feront pas à loyer constant mais plus certainement avec une augmentation.
    Une mesure aussi radicale n’est donc manifestement pas la solution aux problèmes que rencontrent certains habitants de votre quartier. Dans votre cas une rénovation de l’immeuble, l’installation d’une rampe d’accès pour les personnes handicapés et la mise en place d’un entretien des locaux digne de ce nom pourraient semble-t-il régler rapidement vos problèmes.
    Le projet de destruction de JD Berger nous parait coûteux, brutal et inadapté, nous appelons donc à soutenir l’action de l’association de locataires CLCV contre la destruction de ces logements.

  5. Bruno dit :

    Bonjour,
    une réunion est organisée par la mairie le 15 octobre dans la salle de quartier de la plaine, les habitants du quartiers dont je fais parti ont été conviés à celle ci.
    J’imagine que le maire veut l’aval du voisinage pour prendre une décision qui ne nous concerne pas; sauf pour prendre parti avec ces personnes qui vont être expulsées.
    J’ai l’impression que ces façons d’agir sont des procédés de gangster.
    Comment pouvons nous intervenir en tant que voisins le 15 en accord avec ce qui est déjà prévu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *