Un vrai double choix d’avenir

(Site de la mairie, juin 2015)

Actuellement, dans les cantines des écoles de Clamart, les enfants ont le choix entre viande et poisson.

C’est une solution qui a l’avantage, par rapport au menu de substitution quand il y a du porc, de ne pas faire intervenir les croyances religieuses dans le choix des enfants. Elle est donc réellement laïque.

Nous proposons pourtant un autre choix : viande, poisson, œuf, ou bien plat végétarien, avec une association de céréales et de légumineuses équivalentes en termes de protéines.
C’est encore plus ambitieux en termes d’éducation au goût et surtout beaucoup plus utile pour préparer des citoyens responsables.

En effet, tous les enfants savent bien qu’il faut fermer l’eau quand ils se lavent les dents. Mais combien savent qu’il a fallu 1500 litres d’eau pour qu’ils aient 100 grammes de bœuf dans leur assiette ?

eau-fonction-aliments-600x450V. Jérome et P. Carrive

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Un vrai double choix d’avenir

  1. Maxime Lesour dit :

    Ça aujourd’hui ambitieux voir déraisonnable mais je pense que vous avez simplement une longueur d’avance. Sans être végétarien, il m’arrive, par choix me passer de viande notamment le midi.

    L’idée que la viande est indispensable 2 fois par jour est une idée d’après guerre sans réel fondement. Il existe des alternatives pour l’apport protidique tel les oeufs, produits laitiers quoi que les produits laitiers soient assez contreversés et leur nécessité remise encause. Il y a bbien sûr les graines et céréales notamment les lentilles, le soja, les haricots secs pour les plus connus ainsi que pléthore d’autres sources. Pour les septiques, on dit fort comme un boeuf, celui ci ne mange pas de viande. Du moins pas tant que l’homme ne l’y force pas avec les conséquences que l’on connaît.

  2. C’est exact : Le double choix dans les offices de restauration des écoles élémentaires et très bientôt dans les écoles maternelles met fin aux plats de substitution et reste la réponse la plus efficace face aux habitudes alimentaires imposées par les parents dans les écoles. Avec ce dispositif la nouvelle municipalité a mis fin aussi à des situations dangereuses comme la constitution de listes d’élèves associées à des interdits alimentaires… ce qui est prohibé par la loi !
    Attention aussi à d’autres alternatives qui risquent d’ouvrir de nouveaux débats idéologiques autour de l’alimentation dans les écoles. Certes, le plat végétarien ne réintroduit pas les religions dans les assiettes mais c’est une option politique parmi d’autres donc sujette à débat.
    Aujourd’hui, le double choix dans les écoles de Clamart dicte une règle simple : L’enfant choisi son plat sans contrainte ni intérieure ni extérieure, et l’encadrement a pour consigne de ne jamais imposer un plat à un enfant qui n’en veut pas.
    Cela règle bien des sujets.
    Patrice Roncari

  3. vincent Gazeilles dit :

    Je rappelle que des millions de gens dans le monde (en Inde par exemple) vivent très bien avec un régime alimentaire végétarien. Il serait temps de réduire drastiquement la part de viande dans notre alimentation. Graisses en exces et problèmes de santé, importations inutiles de viandes depuis l’amerique du sud, pollution aux nitrates en bretagne et ailleurs, maltraitance animale, élevage intensif source de virus…. N’en jetez plus…
    Les fédérations de parents d’élèves sont pretes. Manque le courage politique.

  4. Pierre Carrive dit :

    Merci, Monsieur Roncari, pour votre commentaire.
    Je ne me ferai jamais à cette recherche d’éviter l’idéologie. Elle me semble vaine (l’Homme, par nature, ne peut prendre aucune décision qui ne soit idéologique – le pragmatisme est, en lui-même, déjà un positionnement idéologique) et dangereuse (c’est empêcher notre intelligence de fonctionner).
    Je ne comprends pas en quoi l’alternative viande/poisson serait moins idéologique, moins « sujette à débat », que celle que nous proposons.
    Par ailleurs la « règle simple » que vous édictez (« L’enfant choisi son plat sans contrainte ni intérieure ni extérieure. ») est éminemment idéologique, d’inspiration clairement libérale. Mais il s’agit d’école ! Où est la dimension pédagogique ?
    Et puis en quoi l’alternative viande/poisson implique moins de contrainte que porc/sans porc ? Les enfants qui ont l’interdiction de manger du porc, les jours où il y a du porc, mangeront du poisson. Ce ne sera pas davantage qu’avant un choix uniquement personnel.
    Merci à Vincent Gazeilles pour son complément. Dans nos tribunes, nous n’avons droit qu’à 1400 signes espaces compris, ce qui nous empêche souvent de développer autant qu’on le voudrait.

  5. Tiens, un maire LR un peu plus malin que le nôtre…

    ——– Forwarded Message ——– Libération – 23 juin 2015
    Dans les cantines de Perpignan, des menus végétariens pour éviter le porc.

    No steak. Pas de porc, mais un plat végétarien. Les cantines des écoles de Perpignan ne serviront plus de viande de substitution au porc à la rentrée. Les parents refusant cette viande devront inscrire leur enfant à un menu végétarien, rapporte le quotidien l’Indépendant aujourd’hui. «Chacun sait que les menus de substitution avaient un caractère confessionnel et, au-delà du porc, des enfants ne mangeaient pas parce que la viande n’était pas halal, explique le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol (Les Républicains). On jetait 300 kg de viande par semaine. J’ai beaucoup étudié la question et je propose un menu végétarien.» 15% environ des parents inscrivant leurs enfants à la cantine auraient déjà fait le choix du menu végétarien (incluant œufs, steaks de soja et légumineux).
    La création d’un menu végétarien dans les cantines scolaires avait été proposée fin mars par des intellectuels dans une tribune publiée dans le Monde, Selon les signataires (dont le moine bouddhiste et écrivain Matthieu Ricard) «le repas végétarien est celui qui convient au plus grand nombre – musulmans, juifs, chrétiens, athées ou autres».

  6. Pierre Carrive dit :

    Un autre maire LR qui a compris (au moins en partie) les enjeux de notre époque : celui de Toulouse.
    http://bit.ly/1HAAZSM

  7. Jerome Mely dit :

    Le poisson comme plat de substitution ne permet pas d’offrir un plat de substitution en lien avec le coutumes religieuses.
    Par exemple si comme viande c’est du porc et que le poisson c’est de la raie eh bien les juifs l’ont dans le dos la raie n’ayant pas d’écailles n’est pas kacher, idem pour le poulpe l’encornet ou des fruits de mer (même si ce ne sont pas des poissons pas d’écailles pas de nageoire interdit) et le surimi c’est pareil car on ne sait pas ce qu’il y a dedans.
    donc la seule alternative qui satisfasse tout le monde c’est végétarien.
    Allez hop tofu – boulgour pour tout le monde.

  8. Pierre Carrive dit :

    Merci à Jérôme Mely pour ces informations qui montrent bien où est le seul choix véritablement laïque (je rappelle au passage qu’il s’agit de permettre à tout le monde de pratiquer sa religion, et non de l’empêcher).
    J’en profite pour corriger mon erreur du commentaire du 23 juin : nous ne sommes pas limités à 1400 signes, mais à 900. J’ai dû prendre mes désirs pour la réalité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *