Une vie démocratique très sélective…

On l’a remarqué, le Maire a les coudées franches pour décider ce qu’il veut, et toutes les réunions municipales d’information (ou même de décision) tendent à se tenir à des heures où les personnes qui travaillent ne peuvent pas se libérer. Le plus flagrant a été le dernier Conseil Municipal convoqué un matin, à 9h45, en semaine. Comme cette convocation n’est envoyée que 5 jours francs (samedis, dimanches, jours fériés inclus) avant la réunion (ce qui est légal), les conseillers exerçant une activité professionnelle n’ont pas le temps de prévenir leur employeur de façon « correcte » (comment annuler au dernier moment des rendez-vous professionnels sans perdre de sa crédibilité ?) et seuls les conseillers de la majorité peuvent bénéficier d’une compensation financière.

Ces horaires sont maintenant étendus à toutes sortes de réunions thématiques ou de quartiers qui se tiennent désormais le plus souvent à 18h.

Il y a deux sortes de raisons à cela : celles qui sont mises en avant par le Maire et les autres…

Parmi les raisons officielles, il y a le désir de faire travailler les employés municipaux le plus possible en heures « ouvrables » pour éviter de les payer en heures « supplémentaires » le soir et ainsi éviter d’augmenter la masse salariale. Mais en fait, dans ces réunions, ce sont, le plus souvent, des cadres qui sont mobilisés et ils ne sont pas concernés par ce calcul d’heures supplémentaires. Il a aussi été question de raisons de « bon sens » (une notion très subjective) du genre « on est moins fatigué en journée que le soir » et de « demandes d’élues féminines » qui affirmeraient pouvoir plus facilement participer à des réunions avant l’heure du dîner que plus tard…

Et puis il y a surtout les autres raisons, celles qui ne sont pas mises en avant. Le Maire tient pour acquis que son parti compte de très nombreux partisans dans certaines tranches de la population, et toutes les études statistiques viennent appuyer cette certitude : 37% de sympathisants LR chez les retraités, 41% chez les plus de 65 ans, qui votent d’ailleurs à droite pour 67% d’entre eux. Il le sait et il s’en sert.

Ainsi, une réunion qui se tient à 18h aura, bien évidemment, plus de chances de regrouper beaucoup de retraités et très peu d’actifs qui seraient sensibles, justement, aux questions traitées :

  • Combien de parents d’élèves, frappés de plein fouet par une augmentation importante des tarifs de cantine, peuvent assister à un Conseil Municipal qui se tient à 9h45 ?
  • Combien d’habitants des HLM, travaillant souvent loin de Clamart, peuvent être présents à une réunion d’information à 18h où le Maire annonce qu’on va détruire leur immeuble ?
  • Combien d’usagers de la gare, ne travaillant pour cette raison pas à Clamart, peuvent être présents à 18h pour une réunion où le Maire expliquera que son « projet gare » est magnifique ?

S’appuyer seulement sur une partie de la population, pour minimiser la contestation de ces projets, a un corollaire : ignorer les autres Clamartois-es et réduire l’expression démocratique la plus élémentaire. C’est ne pas prendre en compte des pans entiers de notre société, souvent déjà difficiles à mobiliser, leurs vies étant prises entre le travail et la vie de famille. Ce sont pourtant eux qui seront les plus concernés par ces décisions.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Une vie démocratique très sélective…

  1. SEVIN Patrick dit :

    Quels sont les clamartois qui pouvaient suivre les débats quand les conseils municipaux se terminaient à trois heures du matin ??
    Les conseils de jour respectent mieux ainsi le rythme biologique de l’être humain qui n’est pas un oiseau de nuit.
    Le citoyen concerné par la vie de la Cité se fera toujours un devoir d’assister aux conseils municipaux quelle que soit l’heure à laquelle il sont programmés.

    • Babette dit :

      Ce commentaire est de mauvaise foi et croyez-vous qu’il soit correct de jeter l’opprobre sur les citoyens en considérant que s’ils ne prennent pas de jours de congés pour assister au conseil municipal ce sont de mauvais citoyens. Regardez bien le résultat des élections le mécontentement monte mais vous jetez dessus un joli déni. Ne donnez aucune leçon aux clamartois vous êtres qui pour vous permettre cela ? Nous ne sommes pas pas sous la monarchie Monsieur et ne vous prenez pas pas pour un personnage plus concerné que nous citoyens

    • Claire dit :

      Argument totalement fallacieux!
      En revanche, vous avez bien raison sur un point: il suffirait de limiter la durée des Conseils municipaux (à une durée de 3h, par exemple, de 20h à 23h… de toute façon, toutes les études montrent qu’au-delà, on n’est plus opérationnel)… En décidant d’arrêter les tactiques d’enfumage et de noyage de poisson et en choisissant simplement d’être efficaces, ça devrait tout à fait pouvoir se faire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *