Grève à la poste principale de Clamart

Les guichetiers du bureau de Poste de Clamart Principal, rue de Meudon, sont en grève tous les samedis depuis plusieurs semaines.

En effet, prétextant le manque d’affluence à l’heure du déjeuner, la direction de La poste a décidé de réduire l’accès au service public Postal en fermant le bureau de Clamart Centre entre 12 et 14h. Bien évidemment, la direction de la Poste (c’est à dire l’Etat) étant la seule à produire les chiffres, il lui est particulièrement aisé, en tant que juge et partie, de « démontrer » la baisse de fréquentation et de rentabilité.

Le seul objectif de la direction du service public Postal semble être de poursuivre des suppressions de personnel qui s’accompagneront inévitablement d’une dégradation des conditions de travail. Ainsi, sur la pointe des pieds, insidieusement, La Poste poursuit son objectif de démanteler le service public Postal sur tout le territoire.

Les guichetiers de Clamart refusent ce plan stratégique. Dans le département, leur lutte est exemplaire. Depuis des mois, ils sont à l’initiative d’une pétition informant les usagers et demandant le soutien des Clamartois-es. Grace à cette lutte le projet qui devait être mis en place début janvier 2016, ne cesse d’être reporté.

Pour sa part, le Maire de Clamart, Jean-Didier Berger, bien qu’informé de la situation, laisse les Clamartois face à un service public dégradé et n’apporte aucun soutien à la résistance des agents de la Poste. Nul doute qu’il lui sera facile de constater que la baisse d’effectif engendre une baisse du service rendu aux habitants qui générera elle-même une baisse d’affluence. Il pourra alors mettre en pratique l’adage selon lequel « quand on veut se débarrasser de son chien on l’accuse de la rage » ou encore avancer que « la situation géographique de la Poste n’est pas judicieuse et qu’il serait temps de la délocaliser »… Tout ceci devrait, à terme, opportunément faciliter les projets immobiliers grandioses de la municipalité dans le secteur Hunebelle / rue de Meudon (voir les évolutions de futur Plan Local d’Urbanisme…).

Si vous voulez garder votre bureau de poste dans l’avenir, vous pouvez venir tous les samedi rencontrer les guichetiers de la Poste rue de Meudon :

Ils ont besoin de votre soutien !

Grève à la Poste de Clamart

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Grève à la poste principale de Clamart

  1. Cambon dit :

    Bon courage pour cette résistance.

  2. Ganang dit :

    C’est parfait, continuez comme cela pour qu’on en finisse avec ce canard boiteux qu’est devenu la poste..
    Les clients paient les yeux de la tête un service qu’ils n’ont pas (ou qu’ils n’ont plus). C’est une honte.
    En continuant à faire grève, vous courez à votre perte. Cela va tout droit vers une privatisation TOTALE du courrier (comme il faudra aussi le faire à la SNCF), au moins on saura pourquoi on paie.
    C’est simple, à la poste aujourd’hui : il y a plus de syndiqués que de gens qui travaillent. Scandaleux !
    Un client (chef d’entreprise) en colère, qui travaille et qui paie vos salaires.

    • CCadminWP dit :

      Pas d’inquiétude, rassurez-vous Daniel.
      Vous connaissez l’adage, pour tuer son chien … Et la recette marche toujours, jugez en vous même !!

      Vous prenez des services publics, vous réduisez leurs moyens humains (effectifs), matériels (fermetures), vous augmentez leurs tarifs et ainsi… vous détériorez le service rendu. Sans oublier bien entendu, histoire d’attiser le mécontentement des usagers et de surtout diviser les populations entre elles, quelques commentaires bien idéologiques, non pas sur les causes, non surtout pas, mais sur un constat peu explicite en termes de solutions (les grévistes, les jeunes, les autres quôa …). Bref, vous fabriquez ainsi des citoyens qui se plaignent de la lenteur, de la qualité des services dont certains iront même jusqu’à pointer du doigt ces privilégiés qui, plus que tout autres, restent pourtant si attachés à la qualité et à la pérennité de leurs entreprises, la postière, l’infirmière, l’enseignante, la greffière. Le sophisme s’impose de lui même : Le canard est boiteux ? Il faut l’abattre !

      Eh bien non ! Lorsque les tournées se réduisent ou que fondent les effectifs, lorsque la santé des salariés est en péril, lorsque l’organisation mise en place par les directions successives se délite à coup de réorganisations contradictoires, lorsque l’on privatise à tout va pour que demain disparaissent l’intérêt collectif, la solidarité, c’est le moment pour les citoyens, salariés et usagers, de prendre leurs responsabilités, de défendre leur service public, de contrer la division des uns contre les autres et le « chacun pour soi ».

      Au moment où la société n’a jamais été aussi riche, au moment ou la productivité du travail n’a jamais été aussi élevée en France, faudrait-il baisser les bras, ne pas se battre pour sauvegarder ce que nos ainés ont si courageusement mis en place ? Nous préférons pour notre part la résistance au sabotage et aux retours en arrière, moins de qualité, moins de services, moins de droits… Et puis, si 7% de syndiqués ou si 0,5% de grévistes étaient à l’origine de la disparition des services publics, du chômage et de la précarité, cela se saurait, non ?

      • Damien dit :

        Merci pour cet article éclairant. J’ai dû signer la pétition que m’avait proposé les travailleurs de ce bureau que je trouve d’ailleurs très sympatiques et vaillants. Je soutiens entièrement les salariés de ce bureau de poste!
        Par ailleurs merci pour votre commentaire « CCadminWP » très enrichissant et ô combien il est le reflet de la vérité incontesstable. . . Dommage que les autres bureaux de clamart ne se joignent pas à ce mouvement, car je crois comprendre qu’ils sont également concerné par les suppressions d’emplois. Courage à vous et ne lâcher rien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *