Au théâtre Jean Arp, « Les Éprouvés »

« Voici une présentation du chantier théâtral Les Éprouvés. Ce texte a été écrit par une de nos sympathisantes qui y a très activement participé. Nous avons vu cette magnifique représentation. Nous soutenons pleinement cette initiative, absolument représentative des valeurs que nous défendons. »

LesEprouvés2Fin mai, se sont déroulées deux représentations au théâtre Jean ARP, intitulées « Les Eprouvés ».

Elles représentent l’aboutissement du chantier théâtral, qui a mobilisé des amateurs clamartois entre janvier et mai. Une précédente expérience de ce type avait été menée il y a deux ans, pour aboutir à un spectacle donné en plein air, intitulé « Plus forte le vie », monté à partir des témoignages des militaires soignés à Percy, de leur famille et des soignants.

Cette fois-ci, c’est l’hôpital Béclère qui a été la source d’inspiration.

Le texte de la pièce, écrit par Pierre Notte, nous interroge sur la place faite à ceux qui ne sont pas « conformes » dans notre société.

Le groupe de Clamartois a été, dans cette aventure, encadré, guidé, accompagné par des professionnels : metteurs en scène, marionnettistes, actrices, musicien.

LesEprouvés1Les compétences de chacun ont été mobilisées : couture, bricolage, collage, chant, maquillage, pour aboutir à un spectacle épique.

Dans un monde où tout est contrôlé, en particulier les naissances, certains, certaines enfreignent la règle.

Au début c’est une femme qui court, qui fuit. Elle est enceinte, ce qui est strictement interdit dans ce monde où on ne meurt plus. Elle éconduit son tout jeune marié qui apprend quelque temps plus tard de la bouche des mouettes qui l’entourent, du haut de la falaise, qu’il n’est pas le père de l’enfant. Celui-ci, après s’être épanché sur sa vie, saute dans le vide.

LesEprouvés3Quelques temps plus tard, on retrouve cette femme embarquée sur un bateau entre la France et l’Angleterre où sont envoyés les parias de la société – toute allusion au sort des migrants n’est pas fortuite. Elle appelle la mort de ses vœux, mais celle-ci refuse de lui porter « secours ». L’accouchement a lieu à bord ; deux jumeaux naissent mais ils souffrent d’une différence : le frère a 11 doigts, la sœur 9. Ils sont pris en charge par une jeune femme qui parvient à les ramener sur les côtes françaises. Ils grandissent au milieu d’une meute de chiens. La sœur est enlevée par les drones, qui ont été dépêchés sur place par les gradés de la société, mais le frère parvient à s’évader. Il n’a qu’une seule idée en tête, retrouver sa sœur, sa seule famille. Après avoir échappé au bûcher qui est dressé régulièrement pour éliminer les impurs, il parvient à Clamart, « au Béclère » où sont regroupés les « ratés » du contrôle des naissances. À ce moment-là, une mutinerie s’est déclenchée au sein de l’hôpital. Le frère, dans la confusion, prend un garde en otage et pénètre au sein de la cour, à la recherche de sa sœur. Il se trouve que l’otage est précisément sa sœur qui avait fomenté la rébellion et s’était évadée, déguisée en garde.

Le grand prédicateur, maître de la société, apparaît alors au milieu de la foule, acclamé, craint. Il prend la parole et s’apprête à quitter les lieux avec le frère et la sœur. La mère des jumeaux, présente « au Béclère », révèle alors l’imposture : le grand prédicateur, père des jumeaux, souffre lui aussi d’une différence, qu’il a dissimulée sous des gants depuis des années. Détrôné, humilié, ce dernier en est réduit à implorer le pardon. Alors que la mère confie le monde à refaire à ses deux enfants, la foule dessillée laisse à son sort le dictateur déchu.

Le déroulé de l’histoire n’était pas toujours clair pour les spectateurs, mais qu’importe, la mise en scène, le collectif des acteurs, les décors, tout participait à faire de ce spectacle une fête.

Les décors ont été réalisés avec du carton pour le bateau, du papier collé pour la mort, des sacs plastiques pour la mer, de la mousse récupérée pour les marionnettes… La musique a été créée lors des dernières répétitions pour coller à la mise en scène.

Un spectacle vivant, époustouflant !!!

Un grand merci à la ville de Clamart d’avoir soutenu ce projet, à l’équipe du théâtre d’avoir ouvert ses portes, aux professionnels d’avoir fédéré les énergies et mis leurs talents au service de ce projet et à tous les participants pour leur investissement.

Si un tel projet est reconduit dans deux ans, nous vous invitons à y participer et pour le moins à venir partager avec la troupe, le spectacle final.

LesEprouvés4

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *