Situation à La Poste de Clamart – Vœu en Conseil Municipal

Lors du conseil municipal du 20 janvier 2017, une résolution commune a été votée, à l’unanimité, pour soutenir le mouvement des postiers de l’agence Clamart Centre qui, depuis plus de 60 jours, luttent pour dénoncer les tentatives de fermeture de cette agence par La Poste.

Bien entendu, cette résolution commune votée par plusieurs forces politiques d’opinions très différentes ne permet pas de rendre compte de la situation réelle à la poste de Clamart et du comportement inacceptable de la direction de La Poste.

Clamart Citoyenne tient à apporter quelques  précisions sur certains éléments du vœu municipal auquel elle s’est associée. Ces précisions ne reflètent bien entendu que les positions de notre groupe municipal. 

À propos de la qualité du service public postal

« Le Conseil municipal de Clamart demande à La Poste de maintenir un haut niveau de qualité de service public postal. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Depuis plusieurs années, sous prétexte de modernisation et d’automatisation, la qualité du service postal s’est en effet dégradée à Clamart. Les soi-disant « libéraux » ne cessent d’enfoncer le clou : le service public, c’est-à-dire l’assistance de proximité, l’accompagnement des usagers sur les diverses opérations postales, les délais et la régularité des tournées de distribution du courrier avec ses nécessaires remises en mains propres, ses heures d’ouverture des guichets, etc. ne devra dorénavant répondre, malgré l’augmentation du prix du timbre, qu’à un seul critère : la rentabilité !

 

« Depuis plusieurs mois la qualité effective du service postal à Clamart a été dégradée : problèmes électriques à la Fourche, travaux dans ce même bureau, horaires réduits à la Poste de la rue de Meudon, mouvements sociaux. Chacun de ces évènements a des causes distinctes… Il est par conséquent de notre devoir d’élu de demander le rétablissement et même le développement de la qualité du service public. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Pour arriver à ses fins en toute discrétion et éviter la réaction d’une population attachée à ses services publics, la direction de La Poste choisit l’application d’un adage bien connu :

« Quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il a la rage. »

Ainsi, pour se débarrasser du service public postal, elle organise sa dégradation progressive :

    • Fermeture de certains bureaux de plein exercice, qui se délocalisent, se regroupent voire disparaissent.
    • Réduction des horaires d’ouverture des bureaux ; pour Clamart, fermeture méridienne entre 12h et 14h avec ouverture à 9h au lieu de 8h et fermeture à 18h au lieu de 19h.
    • Abandon de tournées de distribution, ce qui induit un allongement des circuits et qui accentue le retard de distribution.
    • Remises minutées des objets contre signature, rendant impossible l’accomplissement de la charge de travail dans les temps, générant ainsi un mal être au travail.
    •  Remplacement des personnels assermentés par des prestataires installés dans leur fonction sans formation, au pied levé, avec un fort turn-over qui dégrade la qualité du service public.
    • Privatisation progressive de certaines activités.

Ces décisions irresponsables ont de lourdes conséquences :

    • Partout en France, l’on constate la multiplication des accidents de travail et des maladies professionnelles liées aux cadences, la pression sur les personnels à qui l’on demande non seulement des amplitudes horaires importantes comme pour les guichetiers de Clamart, mais aussi de la flexibilité et surtout de la mobilité imposée.
    • Les souffrances au travail explosent et les suicides ne sont plus rares (au niveau national, 57 tentatives depuis janvier 2015, 37 ayant abouti).
    • La réduction drastique du personnel postal n’a que pour seul effet la dégradation des conditions de travail, et la diminution de l’accès au service public postal.

Autant de mesures qui interpellent le personnel de La Poste attaché au respect des usagers. Contraint par l’intransigeance d’une direction sourde, depuis 60 jours, les postiers de Clamart se sont mis en mouvement. Un mouvement social qui ne s’arrêtera que lorsque la direction de La Poste répondra aux besoins réels du personnel et des Clamartois : revenir à la table de négociation, arrêter les réorganisations sauvages, garantir de bonnes conditions d’exercice des métiers postaux en maintenant la présence humaine par la conservation de ses bureaux de plein exercice, assurer la régularité et la qualité de distribution du courrier dans le respect des conditions de travail et de rémunération de ces agents.

Bien évidemment, Clamart Citoyenne demande à la direction de La Poste de respecter sa mission de service public, en maintenant les horaires d’ouverture de 8h à 19h sans interruption à l’agence de Clamart Centre.

À propos de la modernisation

« La Poste doit moderniser son action, développer de nouveaux modes de relations avec les usagers et utiliser judicieusement les deniers publics. Nous le comprenons car nous menons une tâche identique dans les services de la Ville. Toutefois, cette modernisation doit être synonyme d’amélioration et non de recul. En outre, la gestion interne de ces transformations ne peut conduire à des dégradations censées être temporaires mais dont la durée s’allonge au-delà du raisonnable. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Les nouvelles technologies soulagent les tâches les plus ingrates. Elles améliorent la qualité, l’efficacité et la rapidité de traitement du courrier. Mais elles ne doivent pas se faire au détriment du relationnel et de la présence humaine. Le contact quotidien avec les usagers, le lien social qui en découle, l’accompagnement des personnes dans leurs différentes démarches et besoins, leur information, souvent technique, ne peuvent en aucun cas s’effectuer sans présence humaine.

L’amélioration des « modes de relations » doit, en premier lieu, répondre aux besoins des usagers de La Poste et non répondre à une logique purement comptable. La Poste n’est pas une machine ; c’est un lien social qui rapproche, anime et entretien la cohésion des populations au service desquelles opère la technologie.

À propos du « rétablissement de la situation » et de l’avenir de la poste

« Par le dialogue social, par l’investissement sur notre territoire, par l’adaptation aux usagers, il appartient aux responsables de La Poste de rétablir la situation à court, moyen et long terme. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

La direction de La Poste de Clamart, celle des Hauts-de-Seine, et derrière elles la Direction Nationale en la personne de M. Philippe Wahls, mettent en place une « adaptation des missions de service public » incompatible avec les besoins de la population.

Pour imposer cet objectif, elle choisit le coup de force, passe outre les négociations demandées par les guichetiers de Clamart, discrimine les agents que de tels projets inquiètent, mènent les procès les plus injustes, écarte toutes propositions alternatives, et cela au mépris des deniers publics qui lui sont versés afin d’embaucher du personnel via le CICE (le « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » ; notons que La Poste a reçu 335 millions d’euros en 2016).

L’investissement s’oriente sur vers une disparition du personnel sous le prétexte d’une automatisation qui, selon nous, aurait dû être l’occasion d’investir dans des moyens matériels permettant au personnel, présent sur le terrain, de répondre aux besoins d’une population en manque de proximité.

Les guichetiers grévistes de Clamart veulent une poste moderne, réactive et humaine. Depuis plus de 60 jours, ils réclament la réouverture des services, le renforcement des équipes pour une meilleure qualité d’accès au service public postal, le respect de promesses d’embauche de personnel afin de combler les postes vacants, et l’amélioration de leurs conditions de travail. Clamart Citoyenne, inquiet de la disparition du lien social découlant de la mise en place d’une vision financière des services publics, est solidaire du combat des postiers et demande expressément à la direction de reprendre les négociations dans le respect des personnels et des Clamartois-es.

 


Le Parisien, 16 décembre 2016

Votre bureau de poste a fermé ? Pour les timbres et recommandés, rendez-vous au Franprix ! À défaut de constituer le nouveau slogan de La Poste, cette injonction résume bien l’évolution actuelle de l’entreprise qui, face à la révolution numérique et à la diminution importante du volume du courrier, a décidé de fermer de nombreux guichets, quitte à ouvrir de simples comptoirs en supermarchés…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Situation à La Poste de Clamart – Vœu en Conseil Municipal

  1. Marina Tourtzevitch dit :

    concernant la dégradation du service postal à Clamart Centre, en l’espace d’un an, je n’ai pas reçu 2 lettres avec des chèques qui m’étaient destinés et plus récemment, je n’ai pas eu d’avis de passage pour un colis de Noël, que j’ai finalement obtenu à la poste avec 10 jours de retard!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *