Au Conseil Municipal du 24 mai 2017

DÉCISIONS DU MAIRE

QUESTIONS A L’ORDRE DU JOUR

AFFAIRES FINANCIÈRES
AMÉNAGEMENT URBAIN / PATRIMOINE COMMUNAL
VIE ASSOCIATIVE/SPORT
JEUNESSE/FAMILLE
CULTURE
INTERCOMMUNALITE
PERSONNEL
QUESTIONS ORALES


DÉCISIONS DU MAIRE

Nous faisons remarquer qu’il n’y a plus aucun montant indiqué dans ces décisions, et que 7 décisions sur 48 concernent des faits passés…

ORDRE DU JOUR

AFFAIRES FINANCIÈRES / URBANISME

Question n°4 de l’ordre du jour

Bilan des acquisitions et cessions immobilières de la commune en 2016.

Interrogé sur le centre commercial Desprez, le maire répond :

« Tout le monde s’est cassé les dents sur le dossier du centre commercial. Nous employons une méthode beaucoup plus radicale, qui a effectivement un coût, mais qui va rapporter par des loyers. Monoprix s’est déclaré très intéressée.

Au 28 rue de Meudon : il y aura un service municipal et le Moving qui est actuellement au centre Desprez.

Il y aura certainement des années où il y aura plus d’acquisitions que de cessions. »

Le maire ne répond pas à la demande de donner le montant des préemptions depuis 2014.

Le conseil municipal prend acte.

Question n°5 de l’ordre du jour

Saisine préfectorale pour l’obtention de l’arrêté déclarant d’utilité publique l’opération « rue des Monts ».

En réponse aux interventions regrettant le faible nombre de logements sociaux prévus dans ce programme, le maire déclare que cette baisse du nombre de logement sociaux permet d’équilibrer financièrement l’opération…

En cohérence avec nos votes précédents sur ce sujet,

le groupe Clamart Citoyenne vote POUR.

Remarque :
Le maire se félicite du nombre d’avis favorables reçus lors des enquêtes publiques conduites sur Clamart. Rappelons que (peut-être en raison des modalités de choix des commissaires enquêteurs…) il est extrêmement rare qu’un avis défavorable soit prononcé. Par ailleurs, ces mêmes enquêtes publiques ont attiré des « observations » de la part des commissaires enquêteurs, ce qui peut faire penser que les programmes aient été insuffisamment préparés.

Question n°6 de l’ordre du jour

Saisine préfectorale en vue de la prorogation de l’arrêté préfectoral n° 2012-104 du 18 juin 2012 déclarant d’utilité publique l’opération Perthuis, pour une durée de cinq ans.

Le maire reconnaît que ce point aurait dû être à l’ordre du jour du dernier Comité de Pilotage du quartier Gare. Il annonce qu’il le sera au prochain.

Délibération adoptée à l’unanimité.

Question n°7 de l’ordre du jour

Désignation d’un nouveau représentant au sein du Conseil d’administration de la S.P.L.A. Panorama Fontenay-aux-Roses–Clamart.

Il y a ici une séquence assez significative.

Alors que l’opposition demande à ce que ce soit un membre de l’opposition qui siège, le maire répond : « Je n’ai rien contre. C’est au conseil municipal d’en décider. » Bien évidemment, si le maire était favorable à cette demande, le conseil municipal le suivrait comme un seul homme…

Aux demandes d’explication sur la démission de François Le Got, et surtout des possibles conflits d’intérêts avec les fonctions qu’il occupe à la mairie de Fontenay-aux-Roses, il répond : « Il occupe ce poste de directeur des affaires culturelles et sportives de Fontenay-aux-Roses depuis quelques semaines. Il n’y a aucun conflit d’intérêt, mais pour pallier à toute difficulté pointée, il démissionne. C’est une question d’éthique. » Tant de vertu nous laisse pantois d’admiration. Le maire y met d’ailleurs une certaine solennité, en répondant lui-même à la place de son adjoint.

Lorsqu’il lui est rappelé qu’il s’était engagé à publier les déclarations d’intérêt de tous les élus de la majorité, le maire répond que cette promesse sera tenue. Force est de constater que cela ne semble pas faire partie de ses priorités. L’équipe municipale est en place depuis plus de 3 ans !

Comme nous le faisons depuis le début de la mandature dans ces cas-là,

le groupe Clamart Citoyenne ne présente pas de candidat, et NE PREND PAS PART AU VOTE.

Le groupe Ensemble pour Clamart présente la candidature de Françoise Morgère, qui obtient 6 voix.

La majorité présente la candidature de Marie-Laure Coupeau, qui est élue.

Question n°8 de l’ordre du jour

Approbation d’un avenant n°1 à la convention de prestations intégrées à la S.P.L.A. Panorama Fontenay-aux-Roses–Clamart pour le portage foncier, la sécurisation, la réalisation de travaux de déconstruction et de dépollution du site Panorama à Clamart.

N’ayant pas de représentant à la SPLA, et donc en l’absence d’éléments d’information suffisants, nous ne pouvons pas nous prononcer :

le groupe Clamart Citoyenne vote ABSTENTION.

Question n°9 de l’ordre du jour

Acquisition d’un local commercial en copropriété situé dans le Centre commercial Desprez, 27 à 37 rue Paul Vaillant Couturier.

Comme ceci est dans le cadre d’une opération complexe sur laquelle le maire divulgue peu d’informations et que nous n’avons donc pas d’éléments suffisants pour en apprécier la pertinence,

le groupe Clamart Citoyenne vote ABSTENTION.

AMÉNAGEMENT URBAIN / PATRIMOINE COMMUNAL

Question n°10 de l’ordre du jour

Demande de permis de construire pour les travaux de construction d’un marché transitoire sur l’emplacement de l’ancien lycée professionnel (LEP), sis, 2 rue du Guet.

Le maire donne des précisions :

« Il y aura un cheminement de la rue piétonne au nouveau marché provisoire pour les clients.

Il y aura le nouveau parking de la maison des associations Et la rue de Meudon sera réservée aux véhicules des commerçants. Aucun camion ne stationnera devant le nouveau marché provisoire le samedi matin. »

A nouveau, il s’agit d’une opération sur laquelle le maire ne donne qu’un minimum d’informations,

le groupe Clamart Citoyenne vote ABSTENTION.

Remarque :
A l’occasion des échanges qui ont lieu, le maire nous gratifie d’une boutade inspirée de La folie des grandeurs : « Les conseillers municipaux sont là pour conseiller l’exécutif : conseillez-moi donc ! ». Rappelons à M. Berger que, sa modestie dût-t-elle en souffrir, « le maire est chargé, d’une manière générale, d’exécuter les décisions du conseil municipal ». N’inversons pas les rôles…

Question n°11 de l’ordre du jour

Demande de permis de construire pour les travaux de ravalement de la partie basse de la façade du marché de la Fourche.

Le maire donne des précisions :

« En concertation avec les commerçants, ils vont refaire le ravalement extérieur, en créant des places de stationnement mieux disposées.

Ils ont obtenu du bailleur que les logements au-dessus du marché deviennent en accession à la propriété, et qu’il fasse le ravalement. 

À l’issue de la concertation, les commerçants sont ravis. Je pense que les habitants le seront. »

Délibération adoptée à l’unanimité.

Remarque :
Nous sommes tous surpris de la mention de « l’esprit haussmannien correspondant à l’environnement architectural du quartier ». Le maire reconnaît qu’il n’est pas plus accroché que ça au terme « haussmannien ». Il veut surtout un style plus classique, et redit combien ses goûts en matière d’architecture ne sont pas ceux de son prédécesseur. Certes, tous les goûts sont dans la nature mais quand on a une telle responsabilité dans le devenir d’une ville, on se doit d’avoir un minimum de vision architecturale, ou à tout le moins de savoir se faire conseiller. Il est regrettable, particulièrement pour des bâtiments publics, de ne pas savoir faire preuve d’esprit d’innovation et de ne pas être en phase avec son époque.

Question n°12 de l’ordre du jour

Autorisation de déposer les demandes d’autorisation d’urbanisme pour les travaux de restructuration et d’extension de l’école maternelle Rochers.

Tout en annonçant que nous voterons pour cette délibération, car il est évident que cette école a besoin de travaux, nous demandons un point de situation sur les capacités scolaires projetées. De nombreuses inquiétudes ont en effet été exprimées, y compris par les représentants de la mairie dans les conseils d’école.

Le maire se veut rassurant :

« Par rapport aux engagements demandés, l’essentiel des logements se fait sur le haut.

Dans le bas, il a finalement peu d’opérations projetées, et elles ne sont pas d’envergure à part à la gare (où il y aura 400 logements au maximum, et où la construction d’une école est prévue). Dans les autres, ils augmentent les capacités : maternelle Rochers, élémentaire Rochers, élémentaire Jean Monnet (avec suppression des algécos et construction de nouvelles classes), élémentaire Jules Ferry (agrandie de 7 classes alors qu’il n’y a pas de constructions nouvelles à proximité). Par la suite, il y aura d’autres étapes (reconstruction de la maternelle des Closiaux, démolition et reconstruction de la maternelle du Jardin Parisien). Nous profitons aussi des PUP (projet urbain partenarial) des petites opérations pour financer des travaux.»

Le groupe Clamart Citoyenne vote POUR.

Question n°13 de l’ordre du jour

Demande de déclaration préalable pour les travaux de création des issues de secours à l’école maternelle Fleury.

Nous précisons que nous avons eu des réponses satisfaisantes de la commission, à laquelle, à cause des horaires peu compatibles avec la vie professionnelle, nous n’avons pu assister.

Délibération adoptée à l’unanimité.

Question n°14 de l’ordre du jour

Adhésion au syndicat Autolib et Vélib Métropole, transfert de la compétence de location de vélos en libre-service et adhésion à la compétence optionnelle « Vélib’ » du Syndicat Autolib’ et Vélib’ Métropole.

Nous intervenons pour rappeler que nous avons des réserves sur ce projet. Même au terme du contrat de délégation, ce projet restera déficitaire et de beaucoup. En 2023, la perte est estimée par le groupe Bolloré à 179 millions d’euros dont les 2/3 seront à la charge des contribuables.

En ce qui concerne l’introduction du Velib’, nous sommes satisfaits par le maillage prévu qui nous semble bien pensé (gare, centre, haut Clamart) et par un parc qui comportera 30% de vélos électriques. Nous demandons si l’association des Dérailleurs a été consultée.

Alors que nous avons bien expliqué en quoi nous sommes gênés de devoir lier Vélib’ et Autolib’, sur lequel nous avons de très sérieuses réserves, le maire se déclare très surpris par notre abstention. Puis il se lance dans un tableau apocalyptique d’Autolib’ ! Cela nous donnerait plutôt des arguments pour voter contre (ce que, du reste, nous avons hésité à faire…).

Le maire demande ensuite à passer au vote pour désigner les membres chargés de représenter la Mairie. Nous expliquons que cette désignation n’est pas à l’ordre du jour. Le maire propose de présenter un amendement à l’ordre du jour en bonne et due forme comme la loi l’y autorise, mais à l’unanimité, nous acceptons de passer au vote.

MM. Kehyayan et Milcos, sont désignés à l’unanimité.

Le groupe Clamart Citoyenne vote ABSTENTION.

Remarque :
Questionné sur l’absence de concertation avec les associations locales, le maire oppose sa légitimité électorale à une association de « pseudo-papes du vélos qui ne représentent rien ». Belle illustration de sa vision du fonctionnement démocratique de la commune : élu pour 6 ans il se considère comme unique maitre des destinées de la ville.

Question n°15 de l’ordre du jour

Approbation d’une convention avec la société RTE et la Commune du Plessis Robinson relative aux conditions techniques et financières de réalisation des travaux de mise en souterrain des tronçons de lignes aériennes surplombant les communes de Clamart et du Plessis-Robinson.

Le maire se défend des interrogations de l’opposition, notamment sur la répartition des coûts entre les 39% payés par Clamart et les 33% payés par le Plessis-Robinson (les 28% restant étant à la charge de RTE), alors c’est sur les terrains de Noveos, où le Plessis veut construire des logements de luxe, que l’enfouissement de la ligne est le plus « rentable » :

« Je n’ai jamais prétendu que RTE prendrait tout à sa charge.

La répartition du coût se fait en fonction de la longueur des lignes sur chaque territoire.

Ce qui va pouvoir être déclenché sur la RD 906 et le quartier du Soleil Levant est beaucoup plus important que ce que va pouvoir faire le Plessis-Robinson.

Il faut déduire de cette participation de Clamart l’argent reçu de la Métropole (300 K€ l’année dernière). Par ailleurs, il y a un accord du Département et de la Région pour soutenir le projet d’enfouissement.

Et quand bien même il n’y aurait pas ces aides : 18,5M€ pour tout l’intérêt de cette opération, sur 8 ans, c’est tout à fait proportionné. »

Remarque :
Nous ne sommes pas du tout convaincus par ces explications. En tout état de cause, le coût, pour la ville de Clamart, reste énorme, et cette opération dont l’intérêt est très discutable ne nous semble pas prioritaire au regard des autres attentes des Clamartois.

Le groupe Clamart Citoyenne vote CONTRE.

Question n°16 de l’ordre du jour

Approbation d’une convention de mise à disposition de locaux communaux destinés à abriter les installations du réseau THD Seine à la société Covage.

Comme nous n’avions pu participer à la commission de préparation qui traitait de cette question (toujours à cause des horaires, en fin de journée), nous avions demandé par mail quel était le type d’équipements prévus dans ces locaux, dont les adresses correspondent à des écoles et des crèches. N’ayant pas eu de réponse,

le groupe Clamart Citoyenne vote ABSTENTION.

VIE ASSOCIATIVE / SPORT

Question n°17 de l’ordre du jour

Versement de subventions sur projet

Ici, nous avions plutôt prévu de nous abstenir, comme nous le faisons en général pour les subventions aux associations. En effet, comme il n’est pas possible de dissocier les votes, et que, le plus souvent, nous ne sommes pas d’accord avec toutes les subventions votées, mais que pour autant nous ne voulons pas nous opposer aux subventions avec lesquelles nous sommes d’accord, et qui constituent la grande majorité des subventions, nous nous abstenons.

Et puis, surtout, nous regrettons la disparition de la critérisation de ces subventions.

Pour ce qui concerne spécifiquement les subventions aux associations sportives, nous avons demandé, en commission de préparation, quelle était la politique municipale dans ce domaine. Il nous a été répondu que cette politique était budgétaire, et qu’il s’agissait d’assainir les comptes, et d’accompagner les associations en souffrance. La municipalité cherche également à accompagner les projets qui permettent de décentraliser, et à soutenir les associations présentes dans les manifestations clamartoises.

Si nous ne pouvons qu’être d’accord avec ces critères, nous les trouvons trop imprécis pour établir des priorités entre les différentes demandes de subventions. Ils ne définissent pas une réelle politique.

Cependant, pour en revenir au vote qui nous préoccupe, les explications fournies en commission pour chaque projet, et le coût raisonnable de ceux-ci, comparé à leur intérêt évident, nous poussent à approuver cette délibération.

Par ailleurs, nous demandons s’il est possible d’avoir la mise à jour du tableau des subventions à chaque fois qu’un nouveau projet est accordé.

Voici les réponses du maire :

« Auparavant, il y avait des conventions d’objectifs et de moyens qui étaient les mêmes pour toutes les associations. Ce n’était donc que du papier. Actuellement, c’est par projet. C’est donc plus démocratique.

Les services sont en quantité limitée. Ils ne peuvent pas faire des tableaux pour comparer des données qui n’ont pas d’intérêt et n’ont pas à travailler pour les conseillers municipaux d’opposition. »

Délibération adoptée à l’unanimité.

Remarque :
Considérer qu’il est plus démocratique d’accorder au coup par coup des subventions, sans qu’il y ait une politique et des critères clairement définis, relève d’un certain arbitraire et montre bien qu’une fois de plus nos conceptions de la démocratie divergent.

Considérer qu’un tableau récapitulatif qui permettrait de voir clairement les subventions accordées à chaque association n’a aucun intérêt montre bien que nos conceptions de la transparence divergent. Il est d’ailleurs improbable qu’un tel tableau n’existe pas et il s’agit probablement d’entraver, comme souvent, le travail normal des conseillers municipaux d’opposition…

JEUNESSE / FAMILLE

Question n°18 de l’ordre du jour

Demande de subvention auprès de la Caisse d’allocations familiales des Hauts-de-Seine (CAF 92) dans le cadre du Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité (CLAS) pour l’année scolaire 2017/2018.

Délibération adoptée à l’unanimité.

CULTURE

Question n°19 de l’ordre du jour

Approbation d’une convention avec le Territoire Vallée Sud – Grand Paris relative à l’organisation du festival des Petits Pois 2017.

Ici, nous tenons à nous féliciter de la tenue d’événements exceptionnels sur le haut Clamart.

Délibération adoptée à l’unanimité.

Question n°20 de l’ordre du jour

Adhésion de la Ville de Clamart au réseau C-E-A/Commissaires d’expositions associés pour l’année 2017.

Délibération adoptée à l’unanimité.

Question n°21 de l’ordre du jour

Adhésion annuelle de la Ville de Clamart à l’association Séminaire Robert Auzelle pour l’année 2017.

Ici, sur un mode humoristique qui nous permet tout de même de pointer un dysfonctionnement, nous approuvons énergiquement l’adhésion à un organisme qui, pour seulement 600 €, aidera la ville à améliorer la « concertation avec les habitants » ce qui, compte tenu du contexte clamartois, ne manque pas de sel…

Délibération adoptée à l’unanimité.

INTERCOMMUNALITÉ

Question n°22 de l’ordre du jour

Désignation d’un nouveau membre au sein du Conseil de Territoire Vallée Sud Grand Paris.

Comme nous le faisons depuis le début de la mandature dans ces cas-là,

le groupe Clamart Citoyenne ne présente pas de candidat, et NE PREND PAS PART AU VOTE.

Le groupe Ensemble pour Clamart présente la candidature de Pierre Ramognino, qui obtient 6 voix.

La majorité présente la candidature d’Yves Sérié, qui est élu.

PERSONNEL

Question n°23 de l’ordre du jour

Mise à disposition par la Ville de Clamart d’un jardinier, Adjoint technique territorial principal de 2ème classe, auprès de la Présidence de la République.

Délibération adoptée à l’unanimité.

Question n°24 de l’ordre du jour

Rémunération des congés d’un agent municipal, ATSEM 1ère classe titulaire, à l’occasion de son départ à la retraite.

Délibération adoptée à l’unanimité.

QUESTIONS ORALES

Marie-Anne Boyer

Lors des Conseils municipaux des mois d’octobre, novembre et décembre 2016, il a été décidé de conclure avec le CAUE92 une convention, modifiée par 2 avenants successifs, dont l’objectif était la fourniture d’un rapport finalisé devant être fourni le 28 férier 2017. Ce rapport devait faire des propositions sur les fronts bâtis notamment des Avenues Jean Jaures et Victor Hugo. Dans l’attente de ces propositions, il était prévu de sursoir à statuer pour les demandes de permis de construire déposées dans les secteurs concernés. Je voudrais savoir si ce rapport a été rendu et si le Conseil municipal pouvait en disposer. Par ailleurs, un projet va voir le jour au 196, avenue Jean Jaurès, non loin du Rond Point dit de la Fourche. Ce projet est-il conforme aux propositions de la CAUE92 ?

Pierre Carrive

Les travaux de réalisation de la gare de Clamart de la ligne 15 du Grand Paris Express progressent. L’arrivée du métro va nécessiter la refonte des lignes de bus du secteur et nous savons que le STIF a commencé ce travail. Nous aimerions savoir où en est ce travail et ce que défend la mairie de Clamart dans les discussions en cours.

Réponse du maire : Ce n’est pas seulement le STIF. La SGP a dégagé un budget de 100M€  par gare. Les quatre villes travaillent en commun. Il y a eu plusieurs réunions, avec les autres maires notamment. Il n’y a pas de divergences. Tout est abordé : on réfléchit à l’élargissement des trottoirs, aux parkings souterrains, au sens des rues, au raccord/prolongement des lignes de bus. Les résultats seront communiqués. C’est un travail partenarial qui dépasse les clivages politiques.

Remarque :
On retombe ici dans le TINA (There Is No Alternative) : il n’y aurait pas de choix « politiques » mais seulement des solutions de bon sens. Rappelons que dans un contexte de moyens limités, forcément, l’allocation des ressources disponibles nécessite toujours d’arbitrer entre plusieurs « bénéficiaires ». Les choix « politiques » sont toujours là, ils sont simplement visibles et assumés, ou pas…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à Au Conseil Municipal du 24 mai 2017

  1. Claude Pernot dit :

    Pourquoi s’abstenir ou ne pas prendre part au vote ? Comment voulez-vous que je vote pour un député avec ce type d’exemple ?
    On est face à une droite de tendance dure, il faut réagir en conséquence et arrêter de louvoyer.
    Bon c’est mon opinion, qui n’a pas changée depuis 1967.
    Bon courage à l’opposition municipale, mais il faut être tranchant.

    • CCadminWP dit :

      Merci de nous lire.
      Nous comprenons votre point de vue.
      Nous essayons de proposer une opposition constructive. C’est pourquoi nous ne nous opposons pas systématiquement.
      Ce n’est pas une question de « louvoyer ». Mais de rendre visible les sujets sur lesquels nous sommes en désaccord, sans les noyer dans des rejets systématiques.
      Mais il se pourrait que cette attitude, face à une droite en effet de plus en plus dure, finisse par s’infléchir dans un sens moins conciliant…
      Pierre Carrive

      • Claude Pernot dit :

        J’espère l’infléchissement de vos positions car on va réellement dans le mur pour la ville et ses habitants surtout pour le plateau. J’ai l’impression que même Fonteneau a fait plus social …
        Je ne pense pas du tout que les rejets systématiques soient néfastes à partir du moment où ils sont argumentés.

  2. Bruno Gauclère dit :

    De la part des Dérailleurs de Clamart
    Bonjour,
    concernant la question n°14 nous avions demandé à M.Kehyayan de participer à la concertation à l’époque de l’inscription de la mairie au syndicat d’étude pour le Vélib’. Il n’avait pas donné suite, arguant du fait qu’il fallait dans le domaine des « savoir-faire experts ».
    Ce qui va bien dans le sens de l’élogieux statut de « pseudo-papes du vélo » qu’ils nous attribuent…. mieux vaut en sourire.

  3. Evano Alain dit :

    Bonjour,

    Je partage l’inquiétude que vous exprimez sur les choix architecturaux faits par le maire. Je suis atterré de voir que toutes les nouvelles constructions se réfèrent à un modèle ancien et daté.
    Le projet d’habillage de l’échangeur de Velizy appercu dans le Clamart Info est absolument ridicule et va dans le même sens.
    Sachez que pour ma part j’ai déposé un recours gracieux qui a été traité de façon désinvolte par le promoteur et la ville. Je suis en train de lancer un recours contentieux début juin. La construction visée se situe au début de la rue du Trosy. Avez-vous connaissance d’autres actions de ce type sur ce projet ou sur d’autres?

    • CCadminWP dit :

      Nous vous remercions de votre commentaire, et de votre action.
      Nous allons faire le point sur les différentes actions en cours.

  4. Dominique dit :

    Concernant le chantier de la gare de Clamart, qui pose déjà pas mal de problèmes aux usagers pour de bonnes raisons, la mise en place de la passerelle permet de voir clairement que les barrières posées par la mairie oblige quotidiennement les usagers à faire le tour d’un chantier qui n’existe pas.

    Ne serait-il pas possible d’exiger leur retrait pur et simple pour permettre un accès plus directe au tourniquets d’entrée dans la gare ?

    Cette ânerie qui dure depuis 2 ans commence à devenir sérieusement… pénible pour rester polis !

    Sommes nous vraiment obligé de subir ce caprice du maire ?

    • CCadminWP dit :

      Et oui… Deux ans déjà, et impossible de s’y habituer !
      Depuis le début, nous dénonçons ces palissades. N’hésitez pas à en faire autant auprès de la mairie.

  5. geffroy dit :

    Merci pour vos CR ils sont précieux.

  6. Costecalde Bernard dit :

    Votre commentaire à la question 19 à l’ordre du jour.
    Les évènements exceptionnels sur le Haut Clamart sont rarissimes. Il y a une vingtaine d’années, les « Petits Pois » par exemple étaient partagés approximativement par moitié entre entre le Haut et le Bas Clamart avec un succès très comparable. Depuis la « nouvelle » formule des arts de la rue, c’est bien loin d’être le cas ! (2 ou 3 attractions le vendredi sur la cinquantaine du festival…). Ce sera peut-être mieux cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *