Hôpital Béclère : menaces sur les urgences

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°177 mars 2019)

Des spécialités pourtant indispensables à l’activité et à la pérennité d’autres services (notamment maternité, réanimation polyvalente et néonatale) ont déjà disparu : pneumologie (2011), cardiologie (2018), sans concertation avec les acteurs territoriaux.

Alors que les urgences sont de plus en plus fréquentées, quand vous lirez ces lignes il n’y aura plus de praticien hospitalier pour assurer les gardes de nuit, faute de recrutement et d’attractivité. Une fermeture même partielle des urgences risque d’entraîner à terme la disparition de Béclère.

Usagers, êtes-vous conscients des changements en cours ? Si l’hôpital disparaît, que ferez-vous ?

Citoyens, sollicitez vos maires et vos élus ! C’est le moment d’exiger d’eux qu’ils soient en première ligne aux côtés des habitants. Béclère ne doit pas disparaître et ne disparaîtra pas.Hôpital Antoine-Béclère — Wikipédia

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Hôpital Béclère : menaces sur les urgences

  1. teresa longo dit :

    Quels actions pour s’opposer à cette folie destructrice? peut on commencer par une petion?

    • CCadminWP dit :

      Bonjour,

      L’hôpital Béclère est menacé depuis très longtemps.
      Plusieurs pétitions ont été lancées dans un passé récent qui ont connu un succès mitigé.
      Les syndicats concernés, les personnels de l’hôpital, nos élus, ont alerté, en vain, à de nombreuses reprises les responsables de cette situations et les autres élus (notamment majoritaires…).
      Le sentiment que nous retirons de cette affaire c’est que ce sont surtout des larmes de crocodile qui sont versées.
      La privatisation rampante de notre système de santé ne fait pas le malheur de tout le monde, hélas.
      Bien entendu, s’il y avait une nouvelle pétition, nous la diffuserions le plus largement possible.
      Mais c’est un problème d’ordre national qui nécessite d’agir au-delà de l’hôpital Béclère et de Clamart.

      Clamart Citoyenne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *