A propos du glyphosate à Clamart

Lors du dernier conseil municipal, le 5 novembre dernier, le maire a rejeté avec un certain cynisme notre vœu relatif à l’interdiction du glyphosate sur la commune de Clamart.
Il a affirmé à cette occasion que nous proposions de prendre un arrêté municipal illégal et que, respectueux des lois, il s’étonnait « que nous ne soyons pas dans le camp de la République« .

Malheureusement pour lui, quelques jours plus tard un tribunal administratif était d’un avis contraire au sien…

Rappelons ici que, d’après le ministère du travail, l’exposition aux produits phytosanitaires peut générer : « des symptômes typiques d’empoisonnement tel que maux de tête, nausées, vomissements, diarrhées, tremblements et sensation de faiblesse, des brûlures et des irritations par contact de la peau ou des yeux, asthme ou œdème broncho-alvéolaire.»

De plus une étude de l’institut Paris Région démontre l’impact significatif de l’usage de pesticide sur la biodiversité :

A Clamart, ces produits peuvent encore être utilisés le long des voies SNCF ainsi que sur les espaces verts des copropriétés et des bailleurs privés et sociaux. C’est aussi le cas dans les cimetières et terrains de sport puisque la mairie ne déclare faire que le minimum légal dans ce domaine et n’a pas rejoint les 67 % des communes d’Île de France qui ont définitivement bannis ces poisons de leurs usages. (Source : L’Institut Paris Region, ARB îdF.)

La loi va évoluer, et nous déplorons que le maire refuse d’y travailler pour protéger la population et la biodiversité du territoire dont il a la charge.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A propos du glyphosate à Clamart

  1. Lucie MIROUX dit :

    Pour compléter votre article, un résumé de la page wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Glyphosate
    Le Glyphosate est un herbicide hautement toxique
    Exclusivement produit par Monsanto à partir de 1974 (sous la marque Roundup), il l’est aussi par d’autres firmes depuis que son brevet est passé dans le domaine public (en 2000).
    De nombreux articles scientifiques ont mis en évidence ses effets néfastes sur l’environnement, notamment sur certains insectes et de façon indirecte sur les oiseaux qui s’en nourrissent, ainsi que sur la santé des personnes exposées aux pulvérisations (agriculteurs et populations rurales).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *