Tribune publiée dans Clamart-infos n°192 octobre 2020

Interdits de critique

3 associations ont été interdites de forum par le Maire. Vivre à Clamart (urbanisme et cadre de vie), Les Dérailleurs (promotion du vélo) et l’Association Des Usagers des Transports (développement des transports publics). Leur faute ? Avoir osé afficher l’an dernier une critique du choix municipal d’élargissement de l’avenue Trébignaud aux dépens du bois. Un forum est habituellement un lieu d’échange et de discussion. Pas à Clamart.

Aucune description de photo disponible.

Vous avez vu le dernier projet du stade Hunebelle ?

Non. C’est normal. Les élus de l’opposition qui représentent plus de la moitié de la population clamartoise non plus. La présentation se fait en ce moment en privé auprès de quelques représentants du monde sportif du 92. Par où vont entrer les cars et les centaines de voitures venues de toute la région pour accéder au parking ? Que contient ce projet ? Cela ne concerne visiblement pas les Clamartois.

2 écoles, 2 financements, 2 méthodes : 2 résultats

2 écoles ont été inaugurées en septembre. La maternelle des Rochers : projet géré par la ville, en lien avec les parents et l’équipe enseignante, financé par de l’argent public. Résultat: une école fonctionnelle et agréable (même si le risque de canicule n’a pas été anticipé : pas de végétalisation ni de cour oasis). L’école Plaine Sud : construction confiée à un promoteur immobilier qui en paye une partie, (il s’y retrouve par la commercialisation de 1200 logements…). Résultat : des choix discutables, et des malfaçons multiples non sans dangers pour les élèves. Les projets d’équipements publics sensibles comme les écoles doivent rester dans les mains des citoyens et de leur mairie.

Des masques, des tests, et le reste

Les personnalités politiques qui se sont fait élire dans le contexte difficile de crise sanitaire doivent maintenant remplir leurs obligations. C’est normal. Pourtant nous assistons à une bataille d’image à tous les niveaux (élections régionales en vue) : c’est à celui ou celle qui distribuera le plus de masques ou qui fera faire le plus de tests Covid, avec force communication. Pendant ce temps des collégiens et des lycéens peinent à trouver une affectation, la direction académique n’est pas informée des besoins en enseignants (école Plaine Sud), et des classes sont surchargées avec l’arrivée de nouveaux habitants (école Louise Michel). C’est compliqué, mais comme dans le reste de la société civile, les élus à tous les niveaux vont devoir apprendre à faire avec le contexte, sans laisser le reste de côté.

Retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.fr

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tribune publiée dans Clamart-infos n°192 octobre 2020

  1. jegu dit :

    cette gestion de la vie est faite en dépit du bon sens, je ne m’y retrouve plus
    la circulation dans cette ville est hors du commun, 20minutes en voiture pour aller du Jardin parisien vers la cité de la plaine, une pollution sonore en plus de la pollution de l’air.
    ces constructions qui ne ressemblent à rien, certes nous avons besoin de logement, mais nous avons aussi besoin de bien vivre à Clamart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *