Petits fours entre amis (des promoteurs…)

Comme le communiqué de presse du 30 juin 2018 l’indique, des conseillers municipaux d’opposition ont été empêchés de rentrer par la directrice de cabinet du maire de Clamart à la pose de la première pierre de la ZAC Panorama.

Parmi eux Pierre Carrive, conseiller municipal de Clamart Citoyenne.

Il lui a écrit :

« Madame la directrice de cabinet,

Je voudrais poursuivre le rapide échange que nous avons eu hier, car vous ne m’avez pas convaincu.

A propos de la présence de la police municipale, vous me dites qu’elle n’était là que pour assurer l’ordre, qu’elle n’était pas prévue encore la veille, et que la municipalité avait pris la décision de la solliciter à cause de notre manifestation.
Nous avons prévenu la police nationale, et avons rencontré le commissaire Sébastien Malzieu.
Les choses ont été bien calées. Le collectif et la police étaient tout à fait sur la même position : pouvoir s’exprimer et informer, sans violence d’aucune sorte.
Dès lors, la présence de la police municipale ne paraissait pas forcément nécessaire. En tout cas, pas pour la seule raison de cette manifestation.

A propos de votre présence à vous, ainsi que d’autres personnes du cabinet du maire et des services de la ville, là aussi vous me dites qu’elle n’a été motivée que par notre manifestation, dans le but de filtrer les entrées.
L’invitation étant privée, et du seul fait des promoteurs, je m’étonne de ce que la municipalité ait eu accès à la liste des invité·e·s. N’est-ce pas la preuve que la municipalité est bien concernée ?
Si c’est bien le cas, alors on ne peut pas dire que l’opération n’a rien coûté à la municipalité, car cela a au moins mobilisé une partie de ses services.
Du reste, de mon point de vue, le problème ne vient pas principalement du coût financier, mais de ce qui peut apparaître comme une collusion entre les promoteurs et la mairie.

Et ce qui est très gênant ici, c’est que vous ayez refusé l’entrée aux conseillers municipaux d’opposition.
D’après vous, seuls les conseillers territoriaux étaient invités. Nous avons vu, cependant, plusieurs conseillers municipaux, non territoriaux, entrer. Mais de la majorité.

Si, réellement, les invités étaient ciblés et n’étaient choisis que par les promoteurs, comment expliquer que des habitant·e·s du quartier ait reçu une invitation ?
Celle qui est en pièce jointe, par exemple, a été reçue par l’une des membres du Collectif Panorama, qui n’avait aucune raison de recevoir cette invitation, si ce n’est qu’elle habite le quartier. L’invitation a, de toute évidence, été mise dans sa boîte aux lettres à ce titre.

Ce que nous pouvons constater, c’est que la municipalité a décidé de filtrer les entrées.
Et ce sont bien les moyens de la municipalité qui ont été mis à disposition de cette sélection d’invités considérés par elle et par les promoteurs comme indésirables.
Au lieu d’associer largement les Clamartois·es, ou au moins tou·te·s leurs représentant·e·s élu·e·s en la personne de tous les conseillers municipaux, y compris d’opposition, pour cette pose de la première pierre d’un quartier extrêmement structurant pour la ville, vous avez ainsi, symboliquement, montré que votre souci était davantage de protéger les promoteurs que les acheteurs et les citoyen·ne·s, qui ont le droit d’être complètement informés sur les dangers encourus.

Pour finir, une remarque qui ne vous concerne pas, mais vous avez été témoin de cette scène.
J’ai été extrêmement choqué de ce que nous a répondu Madame Quillery, première adjointe et présidente de la SPLA, pour justifier que les conseillers municipaux d’opposition ne pouvaient pas entrer : nous aurions « dit des mensonges ».
Au moins ne s’est-elle pas embarrassée des mêmes explications, factuelles même si elles ne m’ont pas convaincu, que les vôtres. Là, nous sommes purement et simplement dans le délit d’opinion.
Elle peut avoir un désaccord sur les réels dangers qui pèsent sur cette ZAC. Mais tout, dans notre tract, est rigoureusement exact. Il n’y a aucun « mensonge ».

Nous comprenons que notre manifestation, et plus généralement nos actions sur ce dossier, gênent beaucoup la municipalité.
C’est un devoir que d’informer la population, actuelle et future, et par elle les générations à venir.
Et comme la municipalité ne le fait pas, nous le faisons.

Cordialement,

Pierre Carrive »

Nous ne manquerons bien sûr pas de publier sa réponse.

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | Un commentaire

ZAC Panorama : les citoyen·ne·s donnent l’alerte

Samedi 30 juin a eu lieu la pose de la première pierre du nouveau quartier de la ZAC Panorama.

Inquiets par des risques plusieurs fois dénoncés par Clamart Citoyenne (tribunes Une radioactivité prise à la légère et Les recommandations de l’ASN seront-elles suivies ?, article L’ASN répond à Clamart Citoyenne, et question orale au conseil municipal du 31 mai 2018), des citoyen·ne·s de Clamart et des communes concernées, qui se sont organisés en Collectif, ont décidé, à cette occasion, d’informer la population. Clamart Citoyenne soutient naturellement ce Collectif.

Voici le communiqué de presse consécutif à cette action citoyenne et largement diffusé (dans lequel il faudrait ajouter que ces terrains de la ZAC Panorama sont potentiellement pollués de métaux lourds, d’hydrocarbures et de composés organiques volatils variés) :

« Le Collectif Panorama s’est créé pour informer les habitants de Clamart, de Fontenay-aux-Roses et du Plessis-Robinson des risques liés aux activités du commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Fontenay-aux-Roses, et de l’aménagement urbain tenant compte de ces risques. Ce 30 juin, il a mobilisé avec succès contre la ZAC Panorama (rebaptisée par lui « ZAC Panoramatomique ») à Clamart, où 2000 logements doivent être construits. Une cinquantaine de personnes motivées se sont fait entendre pendant que des gens triés sur le volet par le maire en personne pouvaient aller manger des petits fours. Parmi ces gens, des acheteurs qui ont été étonnés d’apprendre les risques existants à proximité de leurs futurs appartements.

Le Collectif a en effet rappelé qu’il existe un plan particulier d’intervention (PPI) préfectoral et des recommandations de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN), qui mettent en garde contre les conséquences, dramatiques en termes de rejets radioactifs dans l’air, d’un éventuel incendie au CEA.

Outre ce grave danger, les habitants seront aussi exposés à des risques biologiques en raison d’activités de recherche sur des maladies infectieuses impliquant l’expérimentation animale.
Cette action a aussi permis de constater que des élu·e·s clamartois·es d’opposition ont été interdit·e·s de cérémonie, la directrice de cabinet du maire et la police municipale étant là pour leur barrer l’accès !

En tout cas, une mobilisation qui promet de ne pas en rester là. »

Signalons que deux articles ont déjà paru dans Le Parisien, les 6 et 30 juin : en ligne (Les écologistes alertent sur le risque nucléaire et Top départ pour le futur quartier sur l’ancienne friche EDF) ou en téléchargement (ici et ).

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Modification du PLU – L’avis de Clamart Citoyenne

Une enquête publique vient de se terminer.

Tous les documents officiels sont sur le site de la mairie de Clamart. Vous y trouverez notamment le rapport de présentation, dont nous avons suivi l’ordre pour notre contribution.

Vous trouverez cette contribution ici.

En voici la conclusion :

Cette modification apporte certains côté positifs, mais relativement marginaux.

Certes les zones pavillonnaires semblent protégées. Il va cependant falloir continuer d’être très vigilants.

Mais surtout, ce qui est très inquiétant est la manque de réelle vision d’avenir, et la non prise en compte des vrais enjeux de notre époque. Tout obéit à des logiques économiques, mais à aucun moment l’écologie n’est sérieusement prise en compte. En réalité, toutes les mesures qui ont des vertus écologiques ont également un caractère attractif, qui en aucun cas n’est dissuasif pour toujours plus d’intérêts économiques. Ce sont toujours eux qui sont prioritaires.

La place accordée à la voiture individuelle montre bien cette politique passéiste, qui n’a pas compris qu’il fallait passer à autre chose. Outre les nécessités environnementales, ce sera de toute façon une réalité économique. Ce sont autant de raisons de ne plus continuer comme avant.

Les contraintes liées à la pleine terre sont assez significatives : on les augmente… du moment que c’est facile. Comme si c’était un enjeu très secondaire.

Deux dossiers très importants méritent leur propre conclusion :

– L’OAP Plaine Sud subit beaucoup de modifications. Elles vont toutes dans le sens de l’intérêt des investisseurs privés, mais pas dans celui de la population clamartoise, et notamment de ceux qui auraient le plus besoin de la puissance publique.

– La ZAC Panorama, avec ses dangers radioactifs qui peuvent amener une véritable catastrophe en cas d’accident, aux conséquences sanitaires potentiellement bien plus graves que les effondrements de carrières qui avaient fait 21 morts et 45 blessés en 1961. À l’époque, les règles avaient pourtant été respectées. Certes, les conséquences n’en seraient pas immédiatement aussi visibles. Mais ce serait un rejet radioactif qui pourrait conduire à des risques à terme pour la santé des gens qui le respireraient. N’oublions pas qu’il y a peut-être ici du plutonium.

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | 2 commentaires

ZAC Panorama : les recommandations de l’ASN seront-elles suivies ?

Voici notre tribune pour le Clamart-Infos de cet été, envoyée avec 38 minutes de retard et qui n’a, de ce fait, pas été publiée.
Notre mail étant arrivé à 00h37 et non pas à 23h59, le « permanent » communication de la mairie a probablement été mis dans l’impossibilité de l’utiliser…
La mairie est beaucoup moins tatillonne avec ses propres délais : au dernier conseil municipal, une délibération a été modifiée après le délai légal de convocation aux commissions de préparation, et une autre a même été, tout simplement, ajoutée. Sans compter les nombreuses fois où nous nous sommes aperçus, lors de ces commissions de préparation, qu’il y avait des erreurs dans des délibérations. Nous n’avons, pour autant, jamais cherché, jusque-là, à entraver la bonne marche du conseil municipal. On ne peut en dire autant de l’attitude de la municipalité envers l’expression démocratique.
Pour en revenir aux tribunes, la rigueur est à géométrie variable : sur le site de la mairie, ce mois-ci* la majorité a droit à une double tribune ! Celle du mois précédent est en effet restée en ligne, avec la nouvelle. On n’est jamais mieux servi que par soi-même…

*A l’heure où nous publions, bien sûr. Il est probable que notre signalement incitera à rectifier cette regrettable, mais loin d’être inédite, erreur.

 

Le maire faisant fi de nos mises en garde (Clamart-Infos d’avril 2018), l’avis du président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire a été demandé. Sa réponse est inquiétante.

L’ASN préconise en effet de maintenir le Plan Particulier d’Intervention dans ce secteur (notamment à cause des risques d’incendie avec rejets radioactifs), ce qui implique de prévoir une mise à l’abri de tout le quartier.

Par ailleurs, il n’y a actuellement aucune certitude quant à l’absence de contamination radioactive sous le stade du Panorama, à Fontenay. Or non seulement ce stade est à proximité immédiate de la ZAC, mais il est prévu que les activités du stade Hunebelle, le temps de ses travaux, y soient délocalisées.

Tout cela entraîne des questions très préoccupantes, que nous poserons officiellement au maire.

Sujet développé sur clamart-citoyenne.fr

P. Carrive et M. Boulkeroua

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

Vente du terrain des anciennes serres municipales : la délibération annulée

C’est une information que vient de nous faire parvenir l’association Agir pour Clamart.
Vous trouverez ici le jugement du Tribunal administratif, saisi par Philippe Kaltenbach.

Lors des conseils municipaux des 10-12-2014 et 09-07-2015, les élu.e.s de Clamart Citoyenne avaient voté contre la vente de ce terrain de la rue Émilienne. Outre le prix bradé qui posait question, nous avions également insisté sur la nature du projet, qui avait été complètement modifié, passant de 16 pavillons destinés à du logement social, à 4 pavillons privés.

Voici des extraits de notre déclaration en conseil municipal :
« Ce terrain est assez grand et j’imagine que 16 logements ne devaient pas être très choquants sur le plan architectural dans un cadre pavillonnaire très hétérogène. En effet, certains pavillons sont très modernes et assez hauts (parfois 10 mètres de hauteur), et je pense donc que l’argument de l’architecture, qui est d’ailleurs très subjectif, n’est pas très recevable.
[ … ]
Je trouve donc ce nouveau projet assez choquant. Nous aurions pu imaginer sur ce terrain une petite opération d’habitat semi-collectif. D’ailleurs, ce type d’habitat est beaucoup plus écologique que 4 pavillons individuels. Nous savons qu’il n’y a rien de pire en termes d’écologie.
Dans le rapport des questions vous parlez de la carence en matière de construction de logements destinés à l’accession privée, mais il me semble qu’en regard des 2 700 demandes qui restent en souffrance à Clamart habitat, cette situation aurait dû être prise en compte prioritairement. Nous aurions souhaité que tel soit le cas. »

Trois ans et demi plus tard, et compte tenu du manque de plus en plus criant de logements sociaux dans toute cette partie de Clamart, nous réaffirmerons avec force cette position.

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Au Conseil municipal du jeudi 31 mai 2018

DÉCISIONS DU MAIRE
ORDRE DU JOUR
AMÉNAGEMENT URBAIN / PATRIMOINE COMMUNAL
URBANISME / AFFAIRES FONCIÈRES
VIE ASSOCIATIVE
SPORTS
ACTION SOCIALE
COMMERCE
PERSONNEL
QUESTIONS ORALES
Marc Boulkeroua, sur la réponse de l’ASN à propos de la ZAC Panorama
Pierre Carrive, sur la répartition de logements sociaux
Continuer la lecture

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

ZAC Panorama : l’ASN répond à Clamart Citoyenne

L’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) a répondu au courrier que Clamart Citoyenne lui a envoyé le 9 avril au sujet de la ZAC Panorama et des problèmes posés par sa proximité avec le CEA de Fontenay aux Roses.

Dans cette réponse l’ASN rappelle ses recommandations déjà exposées dans sa réponse au courrier d’EELV Clamart : maintien du PPI (Plan Particulier d’Intervention) autour du CEA de Fontenay aux Roses, donc dans le secteur du Panorama (notamment à cause des risques d’incendie avec rejets radioactifs), prévoir les dispositions permettant la mise en œuvre de ses mesures, en particulier la mise à l’abri des populations, proximité immédiate du stade du Panorama pour lequel la Commission Locale d’Information (CLI) auprès du CEA de Fontenay-aux-Roses envisage de faire réaliser une étude sur une éventuelle contamination radioactive du sol en profondeur.

L’ASN indique également que le maire de Clamart a été informé « afin que son projet tienne compte des enjeux précités ».

Jusqu’à présent le maire de Clamart a superbement ignoré toutes nos mises en garde sur cette question. Il a moqué et caricaturé nos arguments, sans autre réponse que la nécessité de construire des logements en région parisienne, et l’autorisation qu’il avait reçue de le faire sur cette zone.

Cette réponse et l’ensemble des informations qui ont été rendues publiques entrainent un certain nombre de questions auxquelles la municipalité doit répondre :

  • Quid de la prise en compte dans le projet immobilier de la ZAC Panorama :

 De l’étude d’impact (voir en particulier les pages 88 à 94), notamment l’inventaire des pollutions détectées, les recommandations relatives aux bâtiments (vides sanitaires, sous-sols et dallages de protection, isolation des conduites d’eau potable…), l’évacuation de 20 000 m3 de terres polluées (gestion des poussières et aérosols…),

de l’avis de l’Autorité Environnementale (voir le résumé et la page 7 où l’AE déconseille la construction d’équipements sensibles sur de tels sols pollués),

des recommandations de l’ASN (voir en particulier les pages 9 à 11 relatives aux conditions d’occupation des sols au voisinage des installations nucléaires de base, INB),

du Plan Particulier d’Intervention (PPI) et notamment de la protection des populations hors site et des mesures de mise à l’abri ?

  • Le maire de Clamart appuiera-t-il la CLI pour qu’elle fasse réaliser l’étude de contamination sur le stade du Panorama ?
  • En attendant compte-t-il prendre des mesures conservatoires compte tenu des incertitudes ?

Par ailleurs, le dernier rapport de l’ASN indique dans son chapitre consacré aux opérations de démantèlement des installations nucléaires (p. 425) :

« Le centre de Fontenay-aux-Roses est constitué de deux INB, Procédé (INB 165) et Support (INB 166). Dans l’INB 165 se déroulaient des activités de recherche et de développement sur le retraitement des combustibles nucléaires, des transuraniens, des déchets radioactifs  et sur l’examen des combustibles irradiés. Ces activités ont cessé dans les années 1980-1990. L’ INB 166 est une installation de caractérisation, traitement, reconditionnement et d’entreposage de déchets radioactifs anciens et provenant du démantèlement de l’INB 165. L’installation Procédé (INB 165) et l’installation Support (INB 166) : Le démantèlement de ces deux installations a été autorisé par deux décrets du 30 juin 2006. La durée initiale prévue pour les opérations de démantèlement était d’une dizaine d’années. Le CEA a informé  l’ASN que, en raison de fortes présomptions de contamination radioactive sous un des bâtiments, de difficultés imprévues et d’un changement de la stratégie globale de démantèlement des centres civils du CEA, la durée des opérations de démantèlement se prolongerait  au-delà de 2030 et a déposé en juin 2015 une demande de modification des échéances prescrites pour ces démantèlements. ».

  • Que pense la municipalité de ces nouvelles « fortes présomptions de contamination radioactive » sous un des bâtiments du CEA qui impliquent un prolongement des opérations de décontamination au-delà de 2030 ? Ces opérations ne figurent pas, évidemment, dans le contrat d’intérêt national signé entre l’Etat et les communes de Clamart et Fontenay aux Roses en janvier 2017, qui ne présente le CEA que comme un centre de recherche « Biotech-Santé » alors que son histoire de centre de R&D sur l’uranium et le plutonium ne devrait se terminer que vers… 2034 !
Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , | 8 commentaires

Un stade pour riches

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°169  mai 2018)

Le maire a récemment dévoilé les grandes lignes du futur stade Hunebelle. Malgré quelques aspects intéressants, de graves inquiétudes subsistent :

  • L’abaissement du terrain de rugby et 2 niveaux de sous-sol, alors qu’il y a des risques hydrogéologiques. Une étude va bien être conduite mais va-t-on attendre les résultats avant de lancer l’opération ?
  • Le coût : 50 millions (annoncés…). Pour bien moins cher on peut faire aussi utile pour l’ensemble des Clamartois•es et utiliser ailleurs les économies ainsi réalisées.

Ce projet vise clairement à séduire ceux qui en ont les moyens. Le maire a rassuré les habitants inquiets des « nuisances » : le bowling n’étant « pas donné », il n’y a pas de « racaille » à craindre. Quant au restaurant, il sera « haut de gamme ».
Au final, un projet disproportionné, loin de l’esprit convivial et familial d’un stade municipal.

Pierre Carrive, Marc Boulkeroua

Description de cette image, également commentée ci-après

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Une radioactivité prise à la légère

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°168  avril 2018)

Tout près du futur quartier Panorama, il y a le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) de Fontenay, qui présente, en cas d’incendie, des risques de rejets radioactifs tels que la préfecture a établi un Plan Particulier d’Intervention. Par ailleurs, l’Autorité de Sûreté Nucléaire recommande de ne pas augmenter le nombre d’habitants dans ces zones. Or le maire s’apprête à y installer 5000 personnes.

Toutes nos mises en garde n’ont été accueillies qu’avec mépris et caricature.

La notion de principe de précaution appartient pour le maire au passé, et il prétend qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer puisque les autorisations sont données. Mais le dossier qui a conduit à ces autorisations ne mentionne pas les installations nucléaires !

Nous demandons donc que l’on attende pour lancer cette opération immobilière que le CEA ait réglé la situation.

Pierre Carrive, Marc Boulkeroua

 

Résultat de recherche d'images

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , , | 4 commentaires

La Lettre de CC – N°6 Printemps 2018

Après 20 ans d’une libéralisation débridée, le gouvernement Macron propose d’achever le service public ferroviaire, avec de lourdes conséquences pour les usagers et l’aménagement des territoires. Compte tenu de l’importance des services publics en France, de leur rôle dans le pacte républicain et de leur fonction économique et sociale, leur évolution aurait au moins mérité un large débat démocratique. Mais non, ce gouvernement poursuit sans états d’âme la politique de baisse de la dépense publique de ses prédécesseurs. Il considère les services publics comme une charge insupportable qu’il faut réduire. Il n’a en tête que de les privatiser, les financiariser, bref les démanteler au lieu de réfléchir un projet industriel pour le ferroviaire. Or le rôle des services publics est avant tout de servir l’intérêt général, ce que leur marchandisation n’assurera certainement pas. Pour les financer, une idée : s’attaquer à l’évasion fiscale (estimée à 70 Mds € par an), aux profits colossaux des multinationales et des banques, et procéder enfin à une véritable réforme fiscale…

 

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire