Financer des alarmes ou la santé publique : le maire de Clamart a choisi

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°182 octobre 2019)

Le maire a décidé de donner jusqu’à 400 € à chaque Clamartois·e qui voudra s’équiper d’une alarme anti-intrusion. Il croit ainsi envoyer les cambrioleurs ailleurs.

Dans le même temps, il refuse de mettre en place la zone à faibles émissions (ZFE), aux motifs que la pollution ne s’arrête pas aux limites de la zone concernée, et que cela pénalise les automobilistes qui n’ont pas les moyens de changer de voiture.

Il n’a donc aucun scrupule à envoyer les cambrioleurs chez nos voisins et refuse de diminuer la pollution à Clamart au motif que des voisins continuent de polluer.

Il existe déjà de conséquentes aides pour remplacer les véhicules concernés par la ZFE. Si on les estime insuffisantes, on peut subventionner la différence. Ce coût pourrait être sensiblement équivalent à celui en faveur des alarmes. C’est un choix.

Car Emissions and Global Warming | Union of Concerned ...

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Financer des alarmes ou la santé publique : le maire de Clamart a choisi

  1. Manlot dit :

    Pouvoir. Argent… C’est tout ! Nous avançons à grands pas la tête en avant dans un énorme mur. Je parle de l’évolution de l’espèce humaine.
    Arrêtons définitivement de nous faire des illusions sur les hommes politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *