Tribune publiée dans Clamart-infos n°197 mars 2021

Il n’y a pas de femmes victimes de violence à Clamart ?

C’est ce que l’on pourrait croire à la lecture du rapport annuel obligatoire « égalité femmes- hommes », puisque nous n’y avons trouvé aucune initiative pour elles. Une réunion d’un groupe de travail début 2019, puis plus rien.

Comme nous le savons tous, pendant le confinement les violences conjugales ont explosé, alors que les structures d’accueil étaient fermées. Des mairies ont rendu possible, en urgence, l’accès à des « lieux refuges ». À Clamart, un seul sujet de communication pendant toute cette période : la réception de masques…

Nous profitons donc de cette tribune pour redonner les coordonnées du centre d’information sur les droits des femmes : 01 46 44 71 77.

Le coût des masques chirurgicaux pour les familles

Depuis qu’ils sont obligatoires pour les enfants et les jeunes scolarisés, et tant que les écoles sont encore ouvertes, il est de 15 euros par mois pour 3 enfants. Malheureusement, l’État refuse de les prendre en charge.

Certains parents isolés, la plupart du temps des femmes, sont en situation de grande pauvreté. C’est pourquoi nous demanderons au prochain conseil municipal de financer ces masques pour ces familles. Pour rappel des Clamartois touchent 400 euros de la ville pour installer leur alarme. Sans condition de ressources.

Débat d’orientation budgétaire : la mauvaise gestion de la ville en 3 indicateurs

  1. Entre 2015 et 2019, l’endettement de la ville de Clamart est passé de 101 à 109M€, atteignant 2035€ par Clamartois soit 317€ supplémentaires.
  2. Si nous avions décidé d’utiliser l’ensemble des excédents de fonctionnement de la ville sur une année pour rembourser notre dette, nous aurions mis 11 ans en 2015 ; quatre ans plus tard, cela prendrait 47 ans.
  3. La capacité d’autofinancement, qui permet de rembourser ses dettes et de financer les équipements futurs sans avoir recours à l’emprunt est négative de 2M€ cette année. Notre capacité de désendettement étant impossible à calculer, les banques ne peuvent plus évaluer la solvabilité de la ville de Clamart.

L’argent des poubelles : pour quoi faire ?

Malgré la baisse du taux de taxe de leur enlèvement à Clamart ces dernières années, le Territoire a collecté un surplus de 32M€ depuis 2018. Où est allé cet argent ? C’est la question posée par 31 élus du Territoire à M. Berger dans un recours amiable. Il faut investir pour une collecte des déchets plus efficace et plus respectueuse de l’environnement. Notre maire a trop souvent tendance à l’oublier.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tribune publiée dans Clamart-infos n°197 mars 2021

  1. mireille walter dit :

    Pour les violences il existe pour appel d’urgence le 114 par sms et le 3919

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.