Enquête publique – Quartier dit « Pavé Blanc – secteur I3F » – Observations de l’association Clamart Citoyenne

Il est procédé du lundi 22 mars 2021 à 8h30 au vendredi 23 avril 2021 à 17h30 inclus, à une enquête publique relative au permis d’aménager pour l’opération LE NÔTRE, projet d’aménagement du quartier dit « Pavé Blanc – secteur I3F », Place Georges Pompidou, route du Pavé Blanc et rue de la Porte de Trivaux à Clamart (92140), soumis à évaluation environnementale.

Cette étape importante du projet vise à recueillir les observations du public.

Vous pouvez déposer vos observations ici.

Observations de l’association Clamart Citoyenne

Monsieur le commissaire-enquêteur,

Dés l’annonce faite à la fin de l’année 2014, par le maire de Clamart, de vouloir détruire le quartier dit des 3F, notre association Clamart Citoyenne s’est mobilisée contre ce projet qui ne faisait nullement partie des promesses de campagne du nouvel élu. Clamart Citoyenne dénonçait une attaque sans précédent envers les locataires de 700 logements de ce quartier d’immeubles sociaux appartenant à l’Immobilière 3F, société privée de HLM.

Cette société avait engagé, dans ces bâtiments datant du début des années 60, des travaux importants pour plus de 30 M€ entre 2000 et 2014. Sur son site internet, la société HLM justifiait ainsi ses travaux de rénovation et de construction de nouveaux logements :

« Ces bâtiments s’intègrent dans un projet de requalification globale : réhabilitation du patrimoine – 671 logements, dans 9 bâtiments des années soixante -, constructions de 81 nouveaux logements, restructuration des commerces, des espaces extérieurs, des circulations et du stationnement…Ces nouvelles constructions ouvrent le quartier et lui offrent une façade sur la place Pompidou, elle-même en travaux pour accueillir à l’été 2014 le nouveau tramway T6 Chatillon-Vélizy-Viroflay ».

On est, dès lors, en droit de se demander ce qui motive ce changement de philosophie pour engager sa destruction qui est un immense gâchis économique. Dès mars 2015 Clamart Citoyenne a écrit (entres autres) au Ministère du Logement et à la Région Ile de France pour leur dire son opposition au projet de destruction de la cité 3F du Pavé Blanc. Dans un courrier envoyé le 5 mai, Emmanuelle Cosse, vice-présidente de la région IdF en charge du logement (et future ministre du logement en 2016), confirmait que la région émettait les plus grandes réserves vis à vis de ce projet et demandait des explications au directeur général des 3F. De son coté la ministre Sylvia Pinel, par l’intermédiaire de sa cheffe de cabinet, répondait qu’elle saisissait le préfet des Hauts de Seine. Malheureusement, les choses restent en l’état et le maire pousse ses pions pour faire avancer ce projet.

Or celui-ci est non seulement une aberration économique – 30 M€ passés par pertes et profit et combien de millions pour reconstruire – mais également un non sens écologique et environnemental. Détruire, signifie la gestion de tonnes de gravats et pièces métalliques qui vont aller accroître le volume des décharges dans la région qui sont déjà fortement encombrées, beaucoup de ces déchets n’étant par ailleurs pas recyclables . Reconstruire, implique l’utilisation de plus de sable, eau, matériaux divers et énergie, alors qu’il est unanimement reconnu que pour le bien de la planète et la réduction de l’empreinte carbone, il faut dès aujourd’hui privilégier l’amélioration des bâtis existants à l’édification de nouvelles structures.

L’environnement n’est guère mieux loti dans ce projet, bien au contraire. Cette cité qui offrait à ses résidents des espaces verts, assurant un certain respect de la biodiversité, loin des voitures et disposant de lieux de vie sociale, va être livrée au béton sur le sol, à une densification des habitats, entraînant une raréfaction des espaces de pleine terre. L’environnement, c’est également respecter l’esthétique des paysages. Or que dire de ses projets architecturaux qui pastichent des immeubles d’un siècle largement révolu et multiplient les trompe l’oeil pour masquer la médiocrité de leurs concepteurs qui ont déjà largement contribué à défigurer bon nombre de nos banlieues. Cette nouvelle réalisation ne fera que renforcer la progression du béton et du mauvais goût, déjà largement engagée avec les réalisations Plaine sud et Panorama, transformant très prochainement cette zone sud de Clamart en ville dortoir. Cette densification se fait au détriment de la qualité de vie des habitants. Mais il est vrai que ce ne semble pas être une priorité de la municipalité en place.

Les nombreux témoignages recueillis par Clamart Citoyenne auprès des résidents des la zone des 3F en attestent. La grande majorité des habitants encore sur place nous ont exprimé leur souhait de rester dans cet ensemble où ils estiment qu’il « fait bon vivre ». Ils ne cachent pas que, parfois, des actes d’incivilité ont pu être constatés, mais le sentiment général est que le cadre de vie est agréable. Ils y habitent souvent depuis de nombreuses années et y ont noué tout un réseau d’amitié, de solidarité, à des années lumière des grands ensembles impersonnels et froids vers lesquels on voudrait les déplacer.

Ils redoutent que les promesses de logements à l’identique ne soient qu’un miroir aux alouettes. Et de citer des propositions de relogement à des tarifs bien plus élevés que leurs loyers actuels. Plus prosaïquement, ils craignent de ne plus pouvoir profiter d’une cuisine véritable pièce dans l’appartement, mais d’avoir un coin cuisine dans une partie du séjour « comme c’est la nouvelle tendance ». Ils avancent le fait que les surfaces qu’on leur propose comme étant identiques, ne le sont en fait pas du tout. Sans placards ni rangements, ils seront contraints d’investir dans des armoires ou commodes, ce qui représente autant de mètres carrés en moins.

Ils s’estiment en outre traités avec légèreté, voire mépris, dans toute cette opération dont on ne leur a pas donné toutes les informations objectives pour se déterminer sur leur avenir. Ils se sentent comme « poussés dehors au moment où leur appartement gagnait en attractivité avec l’arrivée de nouveaux modes de transport. Nous en avons subi toutes les nuisances et maintenant on nous chasse ». Ils s’interrogent également sur le surcroît de population qui va inévitablement s’opérer dans ce quartier sud. Cela donnera-t-il lieu à des réponses adaptées en matière de places en crèches ou écoles, de services médicaux, de transport (le tramway et la ligne 13 sont largement saturés) et de commerces de proximité?

Les élus locaux, pas plus que Clamart Habitat ou la société des 3F n’ont pas apporté de réponses claires et convaincantes à leurs interrogations. Le maire ignore les pétitions qui réclament l’abandon de ce projet (70% des résidents le refusaient lors de son annonce) tout comme les manifestations devant l’hôtel de ville. Pour toutes ces raisons, Clamart Citoyenne maintient son opposition à ce projet sous sa forme actuelle et vous demande, monsieur le commissaire-enquêteur, d’apporter une attention réelle aux souhaits de ces résidents qui aspirent tout simplement à se maintenir dans un cadre de vie humain, dans lequel ils ont beaucoup investi, sentimentalement et parfois financièrement, pour eux et leurs enfants.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Enquête publique – Quartier dit « Pavé Blanc – secteur I3F » – Observations de l’association Clamart Citoyenne

  1. perret dit :

    Je partage tout à fait l’analyse de Clamatr citoyenne. Le projet Le Nôtre est non seulement grotesque et prétentieux dans sa conception urbanistique mais aussi et surtout choquant sur les plans écologique, économique et social.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.