Tribune publiée dans Clamart-infos n°196 février 2021

L’année 2020 recensée comme la plus chaude depuis 1900 par Météo France

Avec une température moyenne en France proche de 14°C, soit près de 1,4°C au-dessus de la moyenne, l’année passée est la plus chaude recensée.Au vu des conséquences du dérèglement climatique sur nos vies et de la crise qui prend de l’ampleur, il devient indispensable et urgent de revoir des projets « contre-nature » comme celui du nouveau complexe Hunebelle (des centaines de milliers de mètres cubes artificialisés, deux niveaux souterrains pour un parking et un bowling…) pour revenir à une dimension plus modeste (rénovation de la piste et des gradins) et moins dispendieuse. Le dernier coût communiqué était de 50M€ (qui absorberont des subventions publiques qui auraient été plus utiles sur d’autres projets) soit le coût de la rénovation complète et de l’adaptation au changement climatique de 4 écoles.

Malheureusement, les projets de la ville de Clamart vont à rebours des objectifs du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) sur le point d’être adopté par Vallée Sud Grand Paris.

Le temps n’est plus aux mesures compensant des dégâts environnementaux et au « greenwashing ». Il y a urgence. Clamart doit changer d’ère.

 La crise sanitaire se prolonge ainsi que ses conséquences économiques et sociales

Le Secours Catholique estime à 10M le nombre de personnes vivant actuellement sous le seuil de pauvreté en France. Dans le même temps, les élus de la majorité ont refusé lors du dernier conseil municipal de revenir sur l’augmentation de 11% de leur enveloppe d’indemnités malgré une première augmentation de 40% qu’ils s’étaient octroyée en 2014.

La ville de Clamart doit tirer les conséquences de la crise qui impacte déjà lourdement les comptes de la commune et recentrer ses dépenses sur les besoins essentiels des Clamartois en utilisant à bon escient chaque euro dépensé.

Aidons les Restos du Cœur à trouver un nouveau local
L’association bénéficie d’un prêt de la salle Michel Colucci (CSC Pavé Blanc) uniquement quelques jours par semaine pour venir en aide à nos concitoyens durement frappés par la crise. Mais les Restos du Cœur n’ont plus de lieu de stockage disponible et accessible toute la semaine. Ces restrictions l’empêchent de recueillir et stocker des denrées. Lors du dernier conseil municipal, le Maire a affirmé qu’il ne voyait pas où trouver un nouveau local de 200m2 pour aider l’association. Nous lançons donc cet appel aux Clamartois : identifiez avec nous des locaux disponibles sur la ville (contact@clamart-citoyenne.fr).

Contactez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.fr

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tribune publiée dans Clamart-infos n°196 février 2021

  1. « La ville de Clamart doit tirer les conséquences de la crise qui impacte déjà lourdement les comptes de la commune et recentrer ses dépenses sur les besoins essentiels des Clamartois en utilisant à bon escient chaque euro dépensé. »
    La liste serait longue pour dénoncer tous les euros gaspillés depuis que ce maire est en place, à commencer par les multiples pseudo « embellissements » qu’il prétend apporter en étalant dans tout l’espace public son inculture et son (mauvais !) goût pour les copies de décor ancien : remplacement des lampadaires d’éclairage public par des faux becs de gaz, du mobilier urbain, potelets et barrières, par des colonnettes moulurées, placage sur les façades (au marché de la Fourche et maintenant aux colonnades de l’avenue Jean Jaurès) de revêtements de pierre avec de fausses modénatures (pour reprendre un de ses mots familiers). Non seulement ce sont des euros gaspillés, mais le plus grave c’est que cet étalage de décors est une insulte à la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.