SLOW FOOD – L’éloge de la lenteur

Clamart Citoyenne vous convie à la projection du film de Mélanie Dalsace :

« SLOW FOOD – L’éloge de la lenteur »

Vendredi 21 avril 20 h 30
Maison des associations Salle Albert Camus 13bis rue de Bièvres, à Clamart

Un débat suivra avec Juliette Helson présidente Slow Food Paris Terroirs du Monde.

Le Mouvement International Slow Food correspond à un changement de mentalité radical. Depuis les années 60, on a sans cesse mis en valeur le principe de manger rapidement et de ne pas « perdre du temps » en repas. Les travailleurs réduisent leur temps de repas pour « retourner au boulot », les repas en famille se font rares. Les raisons sont multiples mais l’urgence du travail ou le manque de temps sont souvent évoquées.

A travers la nourriture, activité liée à la vie depuis toujours, bien avant le travail, Slow Food s’attelle à remettre les pendules à l’heure… et quand c’est l’heure du repas, invite à prendre son temps. Retour aux saveurs variées, aux saveurs oubliées, pour prendre soin de soi ; prendre soin de la planète en faisant revivre l’agriculture locale… On mange des produits locaux et de saison.

Au delà de l’aspect épicurien de la bonne cuisine, Slow Food change votre vie.

Note d’intention du film (50 min.)
Pourquoi faut-il sauver l’oignon de Sisco dans le Cap Corse, le maïs de Catamarca en Argentine et le fromage d’estives des Pyrénées béarnaises ? Ces aliments font partie de la liste des produits en danger selon l’organisation internationale Slow Food. Cette fondation pour la biodiversité a identifié près de 300 aliments à protéger dans le monde entier. 300 sentinelles qui figurent dans une sorte d’arche de Noé des aliments et qu’il faut préserver contre les attaques de l’industrie agro-alimentaire. Avec ce documentaire, en compagnie de sociologues, de diététiciens, de cuisiniers, d’agriculteurs et de militants Slow Food, nous nous interrogerons sur ce que nous mangeons afin de comprendre pourquoi nous avons perdu la culture du goût.

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Associations: mieux vaut être du bon côté

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°158  avril 2017)

En début de mandature, l’équipe municipale s’était engagée à mettre en place un groupe de travail pour réfléchir à la manière d’attribuer, en toute transparence, les subventions aux associations. À la première réunion, Clamart Citoyenne avait redit son attachement à la mise en place de critères objectifs et sa crainte du clientélisme.

Le groupe a cessé d’exister. Le discours de la majorité est devenu flou, dilatoire. Finalement, les subventions sont attribuées sur projet, sans même l’ombre d’un « scoring », méthode pourtant vantée pour l’attribution des logements sociaux.

Les associations « amies » de la municipalité sont favorisées par rapport à celles dont l’action déplaît, et que l’on accuse, faute de mieux, d’être « politiques ». Nos craintes pour la démocratie étaient malheureusement fondées.

P. Carrive et M.-C. Vandrell

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Au Conseil Municipal du 17 mars 2017

DÉCISIONS DU MAIRE

QUESTIONS A L’ORDRE DU JOUR

AFFAIRES FINANCIÈRES
AFFAIRES GENERALES
AMÉNAGEMENT URBAIN / PATRIMOINE COMMUNAL
AFFAIRES FONCIÈRES / URBANISME
VIE ASSOCIATIVE
EDUCATION
JEUNESSE/FAMILLE
PETITE ENFANCE
CULTURE
PERSONNEL
Continuer la lecture

Publié dans Uncategorized | Marqué avec | Laisser un commentaire

Au revoir, et surtout…

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°157  mars 2017)

…un énorme merci à Farid Bentaïeb pour avoir, depuis 1997, proposé au théâtre Jean Arp une programmation si belle, si ambitieuse, si variée. 1 250 000 spectateurs s’y sont enrichis.

On a parlé d’élitisme. C’est confondre avec l’intelligence. Les spectacles proposés, parfois exigeants, étaient toujours accessibles (et pas seulement financièrement).

Ce théâtre est réputé dans toute la France. Il doit le rester.

Le Maire de Clamart, avant d’être élu, avait promis qu’il « dépolitiserait la culture ». Mais la véritable culture ne peut être que politique! Elle doit faire réfléchir. Si elle ne vise qu’à divertir, c’est-à-dire à annihiler tout esprit critique, elle reste éminemment politique… mais dans le sens le plus terrifiant du terme, puisqu’il ne s’agit plus que d’asseoir encore un peu davantage l’ordre établi.

P. Carrive et M.-C. Vandrell

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , | 6 commentaires

Fête de soutien aux guichetières et guichetiers de Clamart samedi 18 février

100% des guichetières et guichetiers de Clamart Centre sont en grève reconductible depuis le 23 novembre : samedi, ce sera 88 jours de grève, un record pour un bureau guichet de La Poste !

Ils s’opposent à une réorganisation avec suppressions d’emplois et fermeture le midi de leur bureau à la clé. Une bataille pour leurs conditions de travail mais aussi pour un service public postal de qualité accessible à toute la population.

Au bout de deux mois de grève, ponctués par plusieurs rassemblements et par des dizaines de visites de bureaux par les grévistes pour populariser leur conflit, la direction a fini par négocier sur les deux principales revendications. Elle est prête à réduire les suppressions d’emplois et à abandonner la fermeture méridienne.  Mais La Poste s’acharne à vouloir punir les grévistes en se laissant la possibilité de les déplacer à tout moment sur l’autre bureau de leur secteur…  Elle persiste de plus à vouloir leur retirer de leur paie un maximum de jours de grève, les dimanches et jours de repos compris ! Alors que la proposition de compromis que La Poste a fini par accepter a été faite avant même la grève !   Le bras de fer continue donc, et les grévistes ont besoin de soutien financier.

Venez samedi 18 février à partir de 20h à la salle Jacky Vauclair (RdC de la mairie de Clamart, place M. Gunsbourg) à la fête de soutien qu’elles et ils organisent !

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Un gaspillage digne du 20è siècle

Après avoir repeint une partie du mobilier urbain en vert,

après avoir changé des corbeilles de rue en bon état,

après avoir remplacé des lampadaires quasi-neufs dans nos rues,

après avoir installé des fontaines inaccessibles au milieu de ronds-points routiers,

après avoir acheté de grosses motos, grosses voitures et gros pistolets à sa police municipale,

après avoir outrageusement augmenté les indemnités des élu-e-s municipaux de sa majorité,

 après avoir à nouveau distribué des sacs de sel aux habitants de pavillons alors qu’il n’a pas neigé depuis plusieurs hivers…

Le maire de Clamart, ignorant les protestations qui ont en ces occasions fusé de tous côtés, vient maintenant de refaire l’alignement complet des arbres de la rue de Bièvres !

Que de travaux inutiles, que de fonds publics gâchés pour quelques lubies et caprices !

Non vraiment Monsieur le Maire, où est l’utilité sociale de ces dépenses ?

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | 4 commentaires

Un scoring sans vraie garantie

(Tribune publiée dans Clamart-infos n°156  février 2017)

Au bout de presque trois ans, une promesse de campagne est tenue: un système de points (scoring) est en place pour l’attribution des logements sociaux.

Nous ne sommes pas contre ce système, qui assure une certaine objectivité, et peut limiter les passe-droits. Mais rappelons que l’opposition n’est associée à aucune phase du processus. Or le choix des critères et leur pondération sont éminemment politiques et fondamentalement subjectifs. Comment s’assurer de la façon dont seront attribués les points, qu’il sera effectivement tenu compte des résultats, que tous les dossiers passeront par la commission d’attribution?

On est encore loin de la transparence totale…

Dans le Parisien, la caution vient de Mme Moussa, représentante d’une association de locataires minoritaire, et surtout… conseillère municipale!

P. Carrive et M.-C. Vandrell

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Situation à La Poste de Clamart – Vœu en Conseil Municipal

Lors du conseil municipal du 20 janvier 2017, une résolution commune a été votée, à l’unanimité, pour soutenir le mouvement des postiers de l’agence Clamart Centre qui, depuis plus de 60 jours, luttent pour dénoncer les tentatives de fermeture de cette agence par La Poste.

Bien entendu, cette résolution commune votée par plusieurs forces politiques d’opinions très différentes ne permet pas de rendre compte de la situation réelle à la poste de Clamart et du comportement inacceptable de la direction de La Poste.

Clamart Citoyenne tient à apporter quelques  précisions sur certains éléments du vœu municipal auquel elle s’est associée. Ces précisions ne reflètent bien entendu que les positions de notre groupe municipal. 

À propos de la qualité du service public postal

« Le Conseil municipal de Clamart demande à La Poste de maintenir un haut niveau de qualité de service public postal. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Depuis plusieurs années, sous prétexte de modernisation et d’automatisation, la qualité du service postal s’est en effet dégradée à Clamart. Les soi-disant « libéraux » ne cessent d’enfoncer le clou : le service public, c’est-à-dire l’assistance de proximité, l’accompagnement des usagers sur les diverses opérations postales, les délais et la régularité des tournées de distribution du courrier avec ses nécessaires remises en mains propres, ses heures d’ouverture des guichets, etc. ne devra dorénavant répondre, malgré l’augmentation du prix du timbre, qu’à un seul critère : la rentabilité !

 

« Depuis plusieurs mois la qualité effective du service postal à Clamart a été dégradée : problèmes électriques à la Fourche, travaux dans ce même bureau, horaires réduits à la Poste de la rue de Meudon, mouvements sociaux. Chacun de ces évènements a des causes distinctes… Il est par conséquent de notre devoir d’élu de demander le rétablissement et même le développement de la qualité du service public. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Pour arriver à ses fins en toute discrétion et éviter la réaction d’une population attachée à ses services publics, la direction de La Poste choisit l’application d’un adage bien connu :

« Quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu’il a la rage. »

Ainsi, pour se débarrasser du service public postal, elle organise sa dégradation progressive :

    • Fermeture de certains bureaux de plein exercice, qui se délocalisent, se regroupent voire disparaissent.
    • Réduction des horaires d’ouverture des bureaux ; pour Clamart, fermeture méridienne entre 12h et 14h avec ouverture à 9h au lieu de 8h et fermeture à 18h au lieu de 19h.
    • Abandon de tournées de distribution, ce qui induit un allongement des circuits et qui accentue le retard de distribution.
    • Remises minutées des objets contre signature, rendant impossible l’accomplissement de la charge de travail dans les temps, générant ainsi un mal être au travail.
    •  Remplacement des personnels assermentés par des prestataires installés dans leur fonction sans formation, au pied levé, avec un fort turn-over qui dégrade la qualité du service public.
    • Privatisation progressive de certaines activités.

Ces décisions irresponsables ont de lourdes conséquences :

    • Partout en France, l’on constate la multiplication des accidents de travail et des maladies professionnelles liées aux cadences, la pression sur les personnels à qui l’on demande non seulement des amplitudes horaires importantes comme pour les guichetiers de Clamart, mais aussi de la flexibilité et surtout de la mobilité imposée.
    • Les souffrances au travail explosent et les suicides ne sont plus rares (au niveau national, 57 tentatives depuis janvier 2015, 37 ayant abouti).
    • La réduction drastique du personnel postal n’a que pour seul effet la dégradation des conditions de travail, et la diminution de l’accès au service public postal.

Autant de mesures qui interpellent le personnel de La Poste attaché au respect des usagers. Contraint par l’intransigeance d’une direction sourde, depuis 60 jours, les postiers de Clamart se sont mis en mouvement. Un mouvement social qui ne s’arrêtera que lorsque la direction de La Poste répondra aux besoins réels du personnel et des Clamartois : revenir à la table de négociation, arrêter les réorganisations sauvages, garantir de bonnes conditions d’exercice des métiers postaux en maintenant la présence humaine par la conservation de ses bureaux de plein exercice, assurer la régularité et la qualité de distribution du courrier dans le respect des conditions de travail et de rémunération de ces agents.

Bien évidemment, Clamart Citoyenne demande à la direction de La Poste de respecter sa mission de service public, en maintenant les horaires d’ouverture de 8h à 19h sans interruption à l’agence de Clamart Centre.

À propos de la modernisation

« La Poste doit moderniser son action, développer de nouveaux modes de relations avec les usagers et utiliser judicieusement les deniers publics. Nous le comprenons car nous menons une tâche identique dans les services de la Ville. Toutefois, cette modernisation doit être synonyme d’amélioration et non de recul. En outre, la gestion interne de ces transformations ne peut conduire à des dégradations censées être temporaires mais dont la durée s’allonge au-delà du raisonnable. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

Les nouvelles technologies soulagent les tâches les plus ingrates. Elles améliorent la qualité, l’efficacité et la rapidité de traitement du courrier. Mais elles ne doivent pas se faire au détriment du relationnel et de la présence humaine. Le contact quotidien avec les usagers, le lien social qui en découle, l’accompagnement des personnes dans leurs différentes démarches et besoins, leur information, souvent technique, ne peuvent en aucun cas s’effectuer sans présence humaine.

L’amélioration des « modes de relations » doit, en premier lieu, répondre aux besoins des usagers de La Poste et non répondre à une logique purement comptable. La Poste n’est pas une machine ; c’est un lien social qui rapproche, anime et entretien la cohésion des populations au service desquelles opère la technologie.

À propos du « rétablissement de la situation » et de l’avenir de la poste

« Par le dialogue social, par l’investissement sur notre territoire, par l’adaptation aux usagers, il appartient aux responsables de La Poste de rétablir la situation à court, moyen et long terme. »

Vœu en CM du 20 janvier 2017

La direction de La Poste de Clamart, celle des Hauts-de-Seine, et derrière elles la Direction Nationale en la personne de M. Philippe Wahls, mettent en place une « adaptation des missions de service public » incompatible avec les besoins de la population.

Pour imposer cet objectif, elle choisit le coup de force, passe outre les négociations demandées par les guichetiers de Clamart, discrimine les agents que de tels projets inquiètent, mènent les procès les plus injustes, écarte toutes propositions alternatives, et cela au mépris des deniers publics qui lui sont versés afin d’embaucher du personnel via le CICE (le « crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » ; notons que La Poste a reçu 335 millions d’euros en 2016).

L’investissement s’oriente sur vers une disparition du personnel sous le prétexte d’une automatisation qui, selon nous, aurait dû être l’occasion d’investir dans des moyens matériels permettant au personnel, présent sur le terrain, de répondre aux besoins d’une population en manque de proximité.

Les guichetiers grévistes de Clamart veulent une poste moderne, réactive et humaine. Depuis plus de 60 jours, ils réclament la réouverture des services, le renforcement des équipes pour une meilleure qualité d’accès au service public postal, le respect de promesses d’embauche de personnel afin de combler les postes vacants, et l’amélioration de leurs conditions de travail. Clamart Citoyenne, inquiet de la disparition du lien social découlant de la mise en place d’une vision financière des services publics, est solidaire du combat des postiers et demande expressément à la direction de reprendre les négociations dans le respect des personnels et des Clamartois-es.

 


Le Parisien, 16 décembre 2016

Votre bureau de poste a fermé ? Pour les timbres et recommandés, rendez-vous au Franprix ! À défaut de constituer le nouveau slogan de La Poste, cette injonction résume bien l’évolution actuelle de l’entreprise qui, face à la révolution numérique et à la diminution importante du volume du courrier, a décidé de fermer de nombreux guichets, quitte à ouvrir de simples comptoirs en supermarchés…

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , | Un commentaire

Au Conseil Municipal du 20 janvier 2017

QUESTIONS A L’ORDRE DU JOUR

AFFAIRES FINANCIÈRES
AMÉNAGEMENT URBAIN / PATRIMOINE COMMUNAL / COMMANDE PUBLIQUE
AFFAIRES FONCIÈRES / URBANISME
PETITE ENFANCE
PERSONNEL

QUESTIONS ORALES
Pierre Carrive, sur la collecte de déchets

VŒU
Gérard Aubineau, sur la Poste

DÉCISIONS DU MAIRE

Continuer la lecture

Publié dans Uncategorized | Marqué avec | Laisser un commentaire

La vie démocratique à Clamart : La loi peut-être mais certainement pas l’esprit !

Les pouvoirs du maire ont pour objectif d’assurer la sérénité des débats du conseil municipal durant lesquels chacun (majorité, opposition, citoyens,…) doit pouvoir s’informer et défendre ses positions en toute transparence. Le maire dispose ainsi de nombreux moyens pour assurer le respect de ces objectifs et missions : informations, réunions préparatoires, réponse aux questions, ordre du jour et convocation, pouvoir de police, etc.

L’utilisation de ces pouvoirs doit être, bien entendu, adaptée aux circonstances. Et bien au delà du simple respect de la réglementation (Code général des collectivités territoriales – CGCT, L. 2121-1 et suivants) un principe régit le déroulement des conseils municipaux : la transparence, à savoir la disponibilité des informations et des moyens, vis à vis de tous les élus et de tous les citoyens.

Que penser alors du maire qui ne respecterait pas l’esprit de cette réglementation ?

…A Clamart, depuis son installation en 2014, la nouvelle équipe municipale a mis progressivement en place des méthodes qui nous semblent entraver un fonctionnement « normal » et démocratique des institutions municipales :

Utiliser a minima les règles du CGCT, rendre difficile l’obtention des informations nécessaires au débat, réduire le temps et les moyens d’intervention de l’opposition, écarter les questions importunes, faire obstacle à la participation de tous les citoyens qui souhaiteraient assister aux séances, etc.

Tout cela constitue-t-il la meilleure des méthodes pour éclairer les débats, aller dans le sens de la transparence et dans celui d’une meilleure participation des citoyens à la gestion de la communauté ? Assurément non.

  • En ce qui concerne le conseil municipal, systématiquement les dates n’en sont rendues publiques et les convocations reçues qu’au délai minimum légal de cinq jours francs. Les conseillers exerçant une activité professionnelle n’ont donc pas le temps de prévenir leur employeur de façon « correcte » (comment annuler au dernier moment des rendez-vous professionnels sans perdre de sa crédibilité ?) et se retrouvent à devoir choisir entre sacrifier leur cursus professionnel ou ne pas exercer correctement leur mandat de conseiller d’opposition.
  • Toujours au sujet du conseil municipal, alors que celui-ci se tenait habituellement en soirée à 19H, les horaires en sont passés, depuis octobre 2015, en pleine journée à 9H45. De tels horaires, adoptés systématiquement, empêchent les actifs et les étudiants d’assister aux séances du conseil municipal qui pourtant les concernent tout autant que les autres Clamartois. Les retraités seraient-ils les seuls à pouvoir assister aux réunions du conseil municipal ? Comment déplorer ensuite le manque d’intérêt des citoyens pour la chose politique ? Sur ce point, l’argument parfois employé par le maire de réunions se prolongeant tard dans la nuit semble difficilement recevable : le dernier conseil municipal (décembre) s’est en effet tenu de 9H45 à 11H30…
  • S’agissant des commissions municipales préparatoires à la tenue des conseils municipaux, les mêmes horaires inadaptés (souvent en fin d’après-midi) et délais minimaux sont utilisés ce qui entraîne également des difficultés pratiques pour les conseillers d’opposition. De plus, ces commissions se tiennent systématiquement dans les jours précédant immédiatement le conseil municipal, y compris la veille, empêchant, par la complexité des sujets traités et la masse de documentation à appréhender, un travail normal des groupes d’opposition. Ceci bien évidemment au détriment de l’intérêt des Clamartois. Comble d’hypocrisie, lorsqu’un élu n’a pu se rendre à l’une de ces commissions, faute de disponibilité, et donc ne dispose pas de toutes les informations nécessaires, la demande de précisions faite en cours de séance ne sera pas la bienvenue et le maire se permettra d’ironiser sur leur absentéisme ou leur manque de « prise de responsabilités »…
  • Enfin, dans un journal municipal (Clamart-info) qui réduit au minimum la visibilité de l’opposition, l’espace réservé à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale (900 signes espaces compris pour notre groupe parmi les 36 pages disponibles dont 8 pages d’annonces publicitaires…), est régulièrement l’objet de manipulations typographiques assez mesquines comme en témoigne par exemple le dernier numéro de ce journal (décembre 2016) où les polices de caractères utilisées (9 pour le maire, 7.5 pour notre groupe et 7 pour l’autre groupe d’opposition) obligent les Clamartois qui désireraient nous lire à utiliser des aides à la lecture…

La transparence qui fonde la confiance entre élus et citoyens ne peut résulter de la seule application de la lettre de la loi. Elle doit être aussi une volonté, un esprit animant toute démarche démocratique.

A Clamart nous sommes aujourd’hui fort loin d’un fonctionnement qui respecte l’esprit des institutions républicaines, notamment le droit à l’information de tous nos concitoyens.

Courrier de Clamart Citoyenne au Préfet des Hauts-de-Seine

Publié dans Uncategorized | Marqué avec , , , , , | 3 commentaires