Tribune publiée dans Clamart-infos n°206 février 2022

Nous sommes pour une rénovation énergétique rapide à Clamart.

En ce moment, douze millions de personnes en France ont froid chez elles. Combien à Clamart ? La précarité énergétique est un fléau et il s’aggrave. Il touche tout le monde, à tout âge.

Nous nous souvenons tous du prospectus honteux distribué aux locataires de Clamart Habitat l’année dernière. Il invitait les habitants vivant dans des passoires thermiques gérées par la mairie à « laisser la porte du four ouverte » et « mettre des pulls »…

Il faut rénover en urgence tous les logements qui en ont besoin, et en priorité ceux des habitants les moins favorisés, afin d’alléger leurs factures énergétiques et augmenter leur pouvoir d’achat, tout en luttant contre le réchauffement climatique.

Nous sommes pour agir sur les vrais problèmes.

Fire, Flames, Trees, Forest, Destruction, People

Parler d’immigration alors que les urgences sont sociales, environnementales et sanitaires, c’est regarder ailleurs alors que la maison brûle. C’est refuser de trouver des solutions pérennes qui risqueraient de modifier le présent. Pourquoi ? Pour maintenir un ordre établi qui ne profite qu’à un petit nombre. Leur option : refuser le changement, penser que ce sont les autres qui payeront le prix de leur inaction et persister sans se projeter dans l’avenir. Déni… ils vous disent : « Don’t look up ! » Est-ce ce dont vous rêvez pour vos enfants ?

A cet égard, les écoles ont connu le 13 janvier une grève historique. L’inquiétude y est immense, et la réponse gouvernementale ne rassure personne. Les municipalités peuvent agir à leur niveau en équipant les classes de capteurs de CO2 et de purificateurs d’air, et en dotant enseignants, ATSEM et animateurs de masques FFP2, plus protecteurs que ceux qu’ils ont actuellement.

Nous sommes pour des conseils de quartier…

… à condition qu’ils permettent de vrais échanges et débats, et ne soient pas seulement des réunions d’information et d’autosatisfaction.

Le maire l’a dit plusieurs fois : il ne croit pas à la co-construction. C’est son choix.

À Clamart Citoyenne, nous prônons au contraire la démocratie participative : donner aux habitants au préalable toutes les informations pour qu’ils puissent émettre un avis éclairé, les faire se rencontrer et échanger entre eux, leur donner un budget pour qu’ils fassent vivre leur quartier selon leurs besoins et leurs envies…

Nous avons la conviction qu’on réfléchit mieux à plusieurs et que les meilleures propositions peuvent venir du croisement des points de vue.

Retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.fr

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.