Le conseil municipal du 18 février 2022, en BREF

Une mauvaise gestion des finances locales

Le débat d’orientation budgétaire confirme que l’endettement a augmenté entre 2015 et 2021, pour atteindre 2035€ par Clamartois, soit 317€ supplémentaires, classant Clamart au 32èe rang des villes les plus endettées de France.

La capacité de désendettement de la ville s’est aussi détériorée. Si la majorité municipale décidait d’utiliser l’ensemble des excédents de fonctionnement de la ville sur une année, soit 2,5M€ pour cette année, pour rembourser notre dette, nous mettrions 43 ans. En 2015, nous aurions mis 11 ans à rembourser cette dette.

La manne financière des promoteurs immobiliers est utilisée soit pour financer des projets à l’ampleur démesurée, soit des projets dont les coûts sont mal maîtrisés, comme le complexe sportif Hunebelle, le marché du Trosy ou l’enfouissement des lignes à très haute tension, opérations dont les montants cumulés s’élèvent à 72M€, à rapporter aux 109M€ d’endettement de la ville.

Pour financer ces projets et maintenir des rentrées financières, le Maire mise sur les 6000 autorisations de constructions de logements accordées depuis 2014. Mais cette densification provoque des problèmes de saturation pour les services publics (collèges, lycée ou encore transports en commun…) alors que le maintien de la qualité du cadre de vie, pour l’ensemble des habitants, devrait être une priorité.

Malgré ces tensions, dont se plaignent les Clamartois, une nouvelle autorisation d’aménagement a été validée pour 2000 logements supplémentaires sur le périmètre rue de Versailles/D906 (près du Carrefour-Market).

L’orientation de la majorité municipale est claire : faire passer la population de 53 000 à 70 000 habitants dans les prochaines années pour maintenir des investissements démesurés, plutôt que de renforcer la solidarité ou la transition écologique.


Photo (Pinterest)

Fusion des maternelles Galliera et Charles-de-Gaulle : un nouveau recul

Après celles de Jean Monnet d’une part, et de Moulin de Pierres d’autre part, une nouvelle fusion a été votée en conseil municipal.

Les écoles maternelles Galliera et Charles-de-Gaulle fusionneront en regroupant 12 classes, totalisante 350 élèves. La fusion acte la suppression d’un dispositif dédié aux enfants de moins de trois ans, éloignés de l’éducation, et signera la perte de la moitié d’un poste de direction pour un même nombre d’élèves à encadrer. Alors que la direction de Galliera était déjà totalement déchargée de classes, la nouvelle direction devra assumer avec le même temps de décharge, un travail bien plus important.

La création de grosses structures est d’autant plus incompréhensible que l’on sait combien l’humain doit plus que jamais être au cœur de notre système éducatif. Alors que la pandémie a complexifié les relations, et distendu les liens, la majorité municipale fait le choix de fusionner des écoles qui ne demandent qu’à préserver leur identité et leur stabilité. Cette décision intervient alors que le projet n’a pas été présenté aux parents d’élèves dans les instances des conseils d’école qui doivent normalement livrer un avis. De plus, le projet pédagogique évoqué dans la présentation a été rejeté par les équipes en place, ainsi que, à l’unanimité, toutes sensibilités confondues, par le Conseil départemental de l’Éducation nationale qui réunit les enseignants et les représentants des parents d’élèves.

Nous regrettons ce nouveau passage en force.


(Photo de la mobilisation utilisée pour la pétition que nous relayons)

Le maire et la majorité municipale ont refusé de voter notre vœu de soutien au Collège des Petits Ponts, préférant en proposer un autre. Pourquoi ?

Pour vous faire votre propre idée, en attendant de développer notre interprétation dans une publication à venir, voici notre vœu, et celui de la majorité

 

Vœu de Clamart Citoyenne à l’attention de la direction académique

Les parents d’élèves et l’équipe pédagogique du collège des Petits Ponts de Clamart ont été informés d’une baisse importante de leur dotation horaire de 56 heures par semaine, pour la rentrée 2022.

Cette situation est d’autant plus incompréhensible que le collège des Petits Ponts a des effectifs en légère hausse cette année et s’agissant d’un établissement participant au programme Réseau d’Education Prioritaire.

Ces 56 heures hebdomadaires perdues, provoqueront selon les cas :

  • Une fermeture de classe

Une augmentation des effectifs dans les classes pour se rapprocher des 30 élèves par classe

  • La suppression de demi-groupes dans les matières principales
  • L’abandon de l’accompagnement des élèves non francophones avec suppression de tous les ateliers de soutien scolaire, alors qu’ils déterminent aussi leurs capacités à s’intégrer
  • Aux activités de natation alors que moins de 20% des élèves savent nager
  • L’impossibilité de mener certains projets (concours, actions innovantes…)
  • De facto à la suppression de postes d’enseignants
  • A la suppression de la classe d’Educations aux médias

 

En somme, à l’Impossibilité de faire de la pédagogie individualisée en classe entière, s’agissant pourtant d’un objectif officiel de l’Education nationale.

En effet, cette baisse de dotation aura des conséquences majeures sur le collège et ses élèves dans la mesure où ces spécialités contribuent à son attractivité et à l’épanouissement des élèves.

Ces activités spécifiques et les dédoublements des classes, portées par une équipe pédagogique particulièrement dynamique, concrétisent la priorité qui doit être donnée à l’éducation de la jeunesse et à l’égalité des droits/chances au sein de la République.

Par voie de conséquence, le conseil municipal de la ville de Clamart adresse ce vœu à la direction académique afin que puisse être réévaluée les dotations horaires attribuées au collège des Petits Ponts, pour un maintien des moyens qui lui sont attribués.

 

Vœu de la majorité municipale

Vu la réelle dynamique urbaine qui s’opère sur le Haut Clamart autour du collège des Petits Ponts grâce notamment à l’enfouissement des lignes à très haute tension et à l’implantation de nouveaux pôles de vie permettant de faire de ce secteur un réel quartier de ville plus apaisé avec plus de mixité et de sécurité,

Vu l’investissement de l’équipe pédagogique du collège des Petits Ponts auprès des élèves pour mener à bien leur réussite scolaire et les ambitieux projets qui y sont menés tout au long de l’année,

Vu la mobilisation même en période de confinement de l’équipe d’enseignants de cet établissement pour encourager les élèves à poursuivre leur apprentissage à la maison,

Vu les baisses de moyens financiers et humains engagées par le Gouvernement dans le secondaire au détriment de l’apprentissage des collégiens,

Vu que le Ministère de l’Éducation nationale indique recruter sur des postes administratifs pour finalement supprimer le même nombre de postes du côté de l’enseignement,

Vu la récente annonce de baisse des dotations horaires du collège des Petits Ponts décidée par le Gouvernement,

Vu l’inquiétude des professeurs et parents d’élèves du collège quant à la mise en péril de la continuité pédagogique de tous les projets initiés,

Vu la manifestation organisée lundi 7 février dernier devant le collège à laquelle Monsieur Yves Coscas, a participé en tant que conseiller départemental des Hauts-de-Seine et seul représentant de la commune,

Vu l’intervention de Monsieur Jean-Didier Berger, Maire de Clamart, auprès de la Directrice académique des Hauts-de-Seine, Madame Dominique Fis,

Le Conseil municipal réaffirme son attachement aux moyens donnés pour l’éducation de nos enfants, qui est d’ailleurs le premier budget de la Ville de Clamart.

La Conseil municipal demande au Gouvernement de donner les moyens, à l’échelle de notre Département, de doter l’enseignement secondaire de suffisamment d’heures.

La Conseil municipal demande également aux services de l’État de nous donner les garanties objectives à la poursuite de la dynamique engagée par le collège des Petits Ponts depuis plusieurs années.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.