Clamart « Infos » et les finances municipales – DESINTOX

Dans la droite ligne de notre publication précédente, sur l’enfouissement de la ligne THT (Clamart « Infos » et la ligne THT – DESINTOX), quelques éléments d’information complémentaires pour éclairer quelque peu les déclarations du maire et le contenu du numéro d’octobre de Clamart « Infos ».

Les impôts des Clamartois n’augmentent pas, mais leur endettement OUI

Il est exact que le taux d’imposition de la taxe foncière n’a pas augmenté. Néanmoins, il est faux d’affirmer que la dette a été stabilisée puisque l’endettement de la ville de Clamart a augmenté de 20% depuis 2015 (hors emprunts du complexe sportif et scolaire du Petit Clamart décidés par l’ancienne majorité) à comparer à une inflation de 7% sur la même période. Chaque Clamartois est aujourd’hui endetté à hauteur de 2035€ soit 328€ de plus qu’en 2015.

Sources : direction générale des collectivités locales 2021

Ainsi, Clamart était la 32ème ville de plus de 50 000 habitants la plus endettée en 2015 avec 110M€. Depuis 2021 elle est entrée dans le « TOP 20 des villes les plus endettées de France ». Lorsque les comptes de l’ensemble des communes seront déposés d’ici la fin de l’année, nous connaitrons avec précision à quelle hauteur la ville de Clamart se hissera dans ce classement peu glorieux, sur lequel la majorité municipale se fait très discrète.

Les impôts des Clamartois n’augmentent pas, mais leur endettement oui, pour financer des projets pharaoniques tels que le complexe Hunebelle dont le coût global atteint 98,5M€ sans que les travaux n’aient réellement commencé et avant la spirale inflationniste enclenchée depuis mars 2022. L’endettement de la ville finance aussi des travaux mal maitrisés comme pour le marché du Trosy dont le coût a dérapé de 12M€ à 28,5M€, ou pour exproprier les commerçants du centre DESPREZ avec un coût actuel pour les Clamartois de 20M€, afin de permettre au Monoprix de s’y installer.

Des emprunts toxiques à Clamart ?

Il est exact que la ville de Clamart disposait d’emprunts dit « toxiques » contractés par l’ancienne majorité. Clamart Citoyenne aurait probablement décidé aussi de se désengager de ces emprunts incertains en profitant de la période de taux bas qui s’achève. Néanmoins, l’honnêteté intellectuelle doit nous conduire à rappeler que le pari de cette forme d’emprunts, certes relativement risqués, a été au final gagnant et a rapporté 200 000€ à notre commune au moment de leur débouclage.

Des impôts en baisse à Clamart ?

A plusieurs reprises, le Maire de Clamart s’est prévalu d’une baisse des impôts. Il est à préciser qu’il s’agit de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) acquittés par les propriétaires au moment du paiement de leur taxe foncière, décidée par Vallée Sud Grand Paris et non par la ville de Clamart. Celle-ci peut aussi être répercutée sur les locataires au moment du paiement de leur régularisations de charges locatives courant septembre ou octobre. Il est vrai que le taux de la TEOM baisse car une convergence des taux des communes membres de l’intercommunalité Vallée Sud Grand Paris fait mécaniquement baisser celui des Clamartois. Mais là encore, il faut ramener cette baisse à sa juste mesure puisque le gain actuel se limite au mieux à 20€ par Clamartois et dans la majorité des cas par une stabilité du montant payé en raison de la revalorisation des bases de calcul de la TEOM. Bref, les Clamartois ont pu gagner un peu, voire rien du tout quoiqu’en dise la communication flatteuse orchestrée par la ville de Clamart.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.