Tribune Clamart Citoyenne – Décembre 2022

Clics et claque

Devinette : Qui a dit vouloir « créer de vrais conseils de quartiers, saisis avant chaque dossier important et dotés d’un véritable budget » ? Oui, vous avez bien lu, c’est le maire de Clamart quand il n’était pas encore élu à cette fonction*.

Blah blah blah Photo stock libre - Public Domain Pictures

Depuis, Clamart vit au rythme des pseudo (ou zéro)-concertations. Pour la dernière, sur la piétonisation, seules les personnes de quelques rues pouvaient commenter (160 avis), alors que ce projet, par son impact, concerne tous les Clamartois. Comme d’habitude, les réponses n’ont été publiées nulle part. Le maire se contente de se réjouir des « 1400 clics », par peur de révéler la claque après la période test ?

Qui a dit vouloir « dépolitiser le magazine communal » alors que Clamart-Infos a servi de tribune au moment des élections présidentielles ? Le même…

Quant aux conseils de quartier (sans budget), plus personne n’est dupe quant à la déclaration « À votre écoute » de l’affiche du maire. C’est plutôt aux Clamartois d’ouvrir grand leurs oreilles pour écouter son monologue de propagande.

* N°5 du « Clamart engagé » diffusé par JD Berger lorsqu’il était dans l’opposition…

Les Clamartois sont-ils des Gaulois réfractaires ?

Le nouveau forfait « patient urgences » est un forfait, c'est certain (...)

En l’absence des lieux de débats que devraient être les conseils de quartier, les Clamartois n’en restent pas là. Pétitions et comités d’habitants se multiplient pour réclamer d’être des interlocuteurs sur les projets au Panorama et au Jardin Parisien, ou pour protéger le verger de l’avenue Victor Hugo. Dernière en date justement : « Pour une autre piétonisation du centre-ville de Clamart ».

Haro sur la culture et les artistes !

Le théâtre Jean Arp a perdu son nom prestigieux. La Petite Bibliothèque Ronde, joyau de l’architecture du XXe siècle, s’abîme derrière ses barricades depuis six ans maintenant. Le centre Albert Chanot est menacé de disparaître. L’ancien lycée professionnel, cédé par la Région pour en faire un établissement culturel, a été détruit (avec sa fresque) pour du provisoire qui dure et n’a rien de culturel (marché puis gymnase). Le Festival Créa’Parc a déménagé à Châtillon. La Fête des Petits Pois fond d’année en année.

Les œuvres clamartoises d’Alain Roll, Charles Le Bars, Clara DeLamater, Denis Bulot, Edgardo Carmona, Jacques Barbe, Jean-Michel Fichot, Laurence Delu et Lars Nielsen ont toutes été déclassées, abandonnées, voire détruites. Il ne fait pas très bon être artiste à Clamart…

Finalement, la seule action culturelle de cette municipalité a été de réhabiliter le théâtre de verdure… en le clôturant ! et ainsi en dénaturer fondamentalement le sens.

Contactez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.fr

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *