Au conseil municipal du mardi 29 juin 2021 – En bref…

L’école Maternelle du Jardin Parisien détruite

Cette école qui date de 1928 est devenue vétuste et inadaptée. Il faut intervenir rapidement pour y palier et nous sommes heureux de voir ce sujet inscrit à l’ordre du jour. Il est important d’investir afin d’améliorer les capacités et la qualité d’accueil des enfants clamartois dans des environnements sains, naturels, et propices à leur épanouissement. Il existe ailleurs de nombreux projet d’écoles, nouvelles ou rénovées, qui intègrent l’environnement et les enfants au cœur de leur conception. Ils sont réalisés en éco-matériaux, conçus avec des bâtiments à énergie positive et de larges espaces naturels. Ce sont aussi des projets protégeant la biodiversité existante (notamment les vieux arbres) pour la faire entrer dans le quotidien de nos enfants.

Or rien de tout ceci dans le projet présenté, qui prévoit juste de tout détruire pour reconstruire, au minimum des normes actuelles et à grand renfort de béton et de parements artificiels, comme nous le constatons avec le savoir-faire de M. Berger en matière d’école à Panorama et Plaine Sud.

Le coût d’Hunebelle explose

M. Berger promettait entre les deux tours des municipales de « limiter le coût » du projet Hunebelle. Ce coût vient de passer de 50 à 96,5 millions d’euros ! Soit une augmentation de 80% avant même le premier coup de pioche. Aucune raison particulière n’est donnée et il semblerait que ce surcoût était connu depuis longtemps, que le chiffre de 50 millions n’était qu’approximatif. L’équipe de l’exécutif promet de recueillir des subventions, mais il en faudrait 46 millions pour que la promesse de campagne de M. Berger soit tenue ; ce serait un record ! Quoiqu’il arrive ce seront 96,5 millions d’argent public qui n’iront pas ailleurs dans la ville, ni dans les écoles, ni dans un collège, ni dans des espaces publics agréables, ni dans des pistes cyclables. Les électeurs ont été trompés, le stade Hunebelle devient un gouffre financier, comme nous l’avions annoncé.

Des élus quittent la salle suite à des insultes

Lors de la discussion sur le nouveau dérapage financier concernant le stade Hunebelle, M. Berger n’a pas apprécié l’intervention de Clamart Citoyenne, ni celle de M. Astic (élu LREM). Nos prises de paroles n’étaient que factuelles et argumentées. M. Berger, lui, est devenu injurieux envers M. Astic : « Vous êtes nul en maths », « Vous ne savez même pas utiliser une calculatrice ». Nous avons donc demandé une interruption de séance pour proposer au groupe des élus LREM de protester contre ce comportement inadmissible de celui qui est censé garantir la tenue du débat et sa sérénité. De retour en séance, M. Berger a continué son ton hargneux, menaçant et condescendant, déformant et caricaturant nos propos, faisant allusion à des faits dont personne n’avait connaissance, mais sans donner aucune précision pour autant. Devant cette impossibilité de poursuivre des échanges paisibles, cinq d’entre nous ont quitté la séance, pendant que deux restaient pour voter et surtout recueillir des réponses sur des questions pour lesquelles nous étions mandatés par des Clamartois. ­

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Au conseil municipal du mardi 29 juin 2021 – En bref…

  1. Walter dit :

    Nous avons connu pendant des années les préfabriqués à l’école primaire Bretagne jusqu’à l’élection de l’équipe kaltenbach période où les quartiers du Haut clamart ont été pris en compte.. La destruction de l’école du jardin parisien c’c’est une entourloupe pour plaire aux nouveaux propriétaires qui ont déjà de nombreuses subventions payées par l’ensemble des clamartois le stade hunnebelle est une catastrophe budgétaire y a t il des recours contre un maire qui ne gère plus rien quelle instance peut intervenir ? Dernier point vous trouvez des points d’accord avec LREM vous auriez pu le faire aux eaux élections berger aurait degager vous en voyez les conséquences

    • CCadminWP dit :

      Nous sommes bien d’accord sur les deux premiers points.
      Quant au troisième, être malmené par M. Berger n’est pas un point d’accord suffisant pour mener les mêmes combats. Nous avons été solidaires de LREM à ce conseil municipal, mais nos différences de votes montrent bien, et de plus en plus, à quel point une alliance eût été factice.

  2. Plutôt que de démolir l’école maternelle du Jardin Parisien, d’autres solutions ont-elles été sérieusement étudiées pour la réhabiliter, en améliorer les performances et le confort, l’adapter aux normes actuelles ? Pour démolir il faut gaspiller de l’énergie, évacuer et se débarrasser des gravois, produire et approvisionner des nouveaux matériaux. Le bon sens serait de conserver au maximum le bâti existant. Il y a des architectes qui savent le faire et dont les travaux ont été récompensés pour cela par les plus hautes distinctions mondiale.
    Alors nous sommes en droit de nous interroger sur les raisons qui poussent nos élus à retenir des solutions aussi contraires au bon sens. Est-ce la volonté de marquer leur règne par le style grandiloquent de l’école du Panorama, dont la colonnade mal copiée ne démontre qu’une chose : ses auteurs ignorent tout des règles de l’architecture classique. Contraindre des enfants à vivre dans un tel cadre, étalage de décors inutiles et de mauvais goût prétentieux, c’est fausser leur sens du beau, c’est un crime contre la culture.

  3. Yves dit :

    JD Berger n’en est pas à son premier esclandre en réunion.
    Déjà, lors des premières réunions publiques avec les Clamartois, il faisait preuve d’un comportement humiliant à l’égard des personnes qui osaient poser avec courtoise des questions légitimes, mais qu’il estimait dérangeantes.
    Qu’il persiste et persévère dans ses déclarations condescendantes et méprisantes est un réel problème pour le fonctionnement de la municipalité.

  4. Phil dit :

    S’agissant des risques hydrogéologiques liés au projet de stade Hunebelle, il devait y avoir une étude du BRGM. Quelles en ont été les conclusions et sont-elles accessibles quelque part? Si risques environnementales avérés n’y a-t-il pas moyen de faire un recours vers la préfecture voire un recours contentieux auprès du Tribunal administratif?
    Quant au coût n’a-t-on vraiment pas un embryon d’explication (coût des emprunts??) sur le passage des 50 M€ annoncés à 96,5M€? ce dernier chiffre est-il bien reconnu par la municipalité?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.