Tribune publiée dans Clamart-infos n°205 janvier 2022

Paroles, paroles, paroles, et toujours des paroles

Monologue

Phrase D'écriture Manuscrite, Bla Bla Bla. Vecteur Clip Art Libres De Droits , Vecteurs Et Illustration. Image 81697904.Convoquer les conseils municipaux en matinée, voilà un gage d’efficacité – dit le maire – car s’ils se tenaient en soirée, on y passerait la nuit. C’est pourtant lui et lui seul qui, comme toujours, a monologué durant les 3 heures du dernier conseil, monopolisant la parole pendant plus de 2 heures, laissant trois petits quarts d’heure à l’opposition pour s’exprimer et un bref quart d’heure à ses adjoints pour lire les rapports de présentation. Cette conception singulière du dialogue, c’est celle des conseils de quartier qui, loin d’être des moments de discussion (et rêvons un peu, d’amendement des projets), sont surtout des exposés à sens unique.

Concerter ?

La fusion de la maternelle et de l’élémentaire aux écoles Moulin de Pierre et Jean Monnet s’est invitée à l’ordre du jour du dernier conseil municipal. Le sujet est important : il a ses avantages mais aussi ses inconvénients. A en croire le maire, cette réforme serait attendue et saluée dans les écoles en question. Il semble bien davantage que cette fusion – qui gomme la spécificité de la maternelle et en éloigne la direction des parents et des enfants – n’ait pas été largement concertée. Comme beaucoup, nous avons été mis devant le fait accompli.

Cramer le foncier

Au dernier conseil municipal, le maire n’a pas voulu confirmer que la vaste parcelle de Montrous (entre les rues Perthuis et des Vezous) serait sanctuarisée en espace vert. Une étude du CAUE 92 a pourtant montré l’importance de cette réserve pour la biodiversité. Lors d’un précédent conseil, le maire avait indiqué ne pas avoir de « religion » quant à l’utilisation de cette parcelle. Le contrat signé avec Vallée Sud Aménagement n’augure rien de bon puisqu’il ouvre la porte à des constructions et à des équipements. Un espace vert, et rien qu’un espace vert, est-ce trop demander dans un secteur qui voit se multiplier les constructions ? Chassez le naturel, il revient au galop (mais pas la nature, hélas).

De même, la parcelle voisine des Vezous aurait pu être préservée pour accueillir un jardin partagé et conserver une réserve foncière pour un équipement public le jour où le besoin s’en fera sentir. D’une manière générale, la gestion du foncier par le maire ne laisse aucune marge de manœuvre pour l’avenir.

Nous adressons tous nos vœux aux Clamartoises et Clamartois pour cette nouvelle année 2022 qui s’annonce électoralement déterminante pour l’avenir de notre démocratie.

Retrouvez-nous sur Twitter, Facebook et sur clamart-citoyenne.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.