Modifications de l’avenue J. Jaurès : Priorité aux voitures, Vélos en danger et Abattage d’arbres centenaires…

Dans un courrier daté du 12 juin, adressé aux riverains de l’av. Jean Jaurès, le maire annonce que, « conformément à ses engagements de campagne », il va procéder à un ré-aménagement de leur avenue. Le projet prévoit la suppression du séparateur, jugé «dangereux et incommode», la réduction de la voie bus-vélo de 4,50 m à 3 m, la création de stationnements en épis (notamment entre le carrefour d’Artachat et l’école Jules Ferry) et le déplacement des arrêts de bus «Gabriel Péri» et «Lazare Carnot».

Ce ré-aménagement d’un axe qui structure la circulation dans le centre-ville de Clamart appelle un certain nombre de remarques de la part de Clamart-Citoyenne :

  • La limitation de vitesse et le séparateur actuel incitent les automobilistes à ralentir à 30 km/h ce qui va dans le sens d’une amélioration de la sécurité des usagers. Le bus, et les autres véhicules, peuvent si nécessaire le franchir sans aucun danger. Cet aménagement a permis une amélioration sensible de la situation : le bus est plus régulier, le niveau sonore a sérieusement diminué, la circulation est plus fluide et la vitesse a effectivement été nettement diminuée.
  • La largeur du couloir bus de 4,50m permet aux vélos de l’emprunter sans danger. Contrairement à ce qui figure dans le courrier du maire, cette largeur n’est pas imposée par la présence du séparateur mais correspond à une demande de la RATP. Celle-ci estime, en effet, qu’elle permet la cohabitation vélos-bus en toute sécurité. Il n’est pas sûr que la RATP laisse circuler les vélos dans un couloir de 3m de large car les dépassements ne pourront plus se faire en toute sécurité. Si cela n’était pas le cas la disparition de cet itinéraire cyclable amènerait le projet de ré-aménagement à ne plus être conforme aux recommandations du code de l’environnement et ouvrir la voie à des recours couteux pour la collectivité.
  • Les ajouts de places de parking en épis, très petits, vont ralentir considérablement la fluidité de la circulation puisque chaque fois qu’un véhicule se garera ou quittera un emplacement il sera contraint à une manœuvre assez longue. De plus, des travaux vont avoir lieu avenue des Frères Vigouroux (pour la nouvelle ligne de métro 15). Le bus 189 va donc devoir être dévié et les travaux av. Jean Jaurès rendront son trajet encore plus difficile, et gêner de nombreux usagers.
  • Le maire affirme que malgré la vigilance des services, le couloir de bus est régulièrement occupé par du stationnement en double file. C’est la réalité mais cette affirmation est surprenante puisqu’il a déclaré publiquement lors de la campagne des municipales qu’il tolérerait le stationnement en double file et ne sanctionnerait que le stationnement en triple file. La situation semble donc, sur ce point, «conforme à ses engagements de campagne» et la police municipale agir en cohérence. Il est par ailleurs douteux que l’augmentation des places de stationnement empêche les stationnements en double file si les forces de police n’interviennent pas pour mettre en garde les fauteurs, les dissuader et sévir si nécessaire. Certes la tolérance zéro n’existe pas, mais la persuasion, l’éducation au service public, oui.
  • Le courrier du maire ne le dit pas, mais pour gagner quelques places de stationnement son plan prévoit d’abattre plusieurs arbres centenaires qui contribuaient à la richesse du patrimoine clamartois !

AvJJaures2       AvJJaures1

  • L’avenue Jean Jaurès est aujourd’hui en bon état. Elle a nécessité plusieurs mois de travaux, prolongés par une disposition initiale dangereuse qu’il a fallu rectifier (le rail initial était trop haut et trop continu) pour arriver au dispositif actuel. Est-il vraiment judicieux de dépenser 350 000 € pour entreprendre de nouveaux travaux inutiles et probablement dangereux ? Certes le maire annonce qu’ils seront pris intégralement en charge par le conseil départemental*. Mais l’argent du conseil départemental n’apparait pas par génération spontanée, il est pris sur nos impôts ! Pourquoi gaspiller ainsi les deniers publics surtout lorsque l’on se plaint en permanence de l’état des finances, à tous les niveaux.

La façon de conduire ce projet, la pseudo-concertation (10 jours, limitée à quelques riverains…, les travaux commenceront le 29 juin), la priorité démagogique donnée aux voitures individuelles sur les transports collectifs et les circulations douces, les atteintes au patrimoine paysager et historique… sont emblématiques de la politique LR (Ex UMP) à Clamart comme ailleurs.

Maire J.Jaures 1      Maire J.Jaures 2

*On trouve ici une illustration parfaite des conflits d’intérêts inhérents au cumul de mandats puisque c’est JD Berger Vice-Président en charge de la voirie au conseil départemental qui semble avoir jugé, en toute objectivité, de l’opportunité de financer les travaux de JD Berger maire de Clamart…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Modifications de l’avenue J. Jaurès : Priorité aux voitures, Vélos en danger et Abattage d’arbres centenaires…

  1. Claire dit :

    Une petite réflexion en tant que cycliste, scooteriste ET automobiliste: Je suis plutôt favorable à l’élimination de la séparation physique entre les deux voies que je trouve effectivement dangereuse pour les deux-roues (en scooter, je ne circule pas sur la voie de bus, mais les nombreuses voitures garées en double-file de part et d’autre obligent hélas de nombreux changements de voie…).
    En revanche, la réduction de la largeur de la voie de bus est effectivement un grave retour en arrière, qui va sans doute poser de réels problèmes de sécurité à tous les cyclistes!

    • CCadminWP dit :

      Oui, pour les deux-roues motorisés, c’est un peu moins dangereux qu’il n’y ait pas de séparateur, surtout lorsqu’ils roulent entre voie de bus et voie voiture et risquent de cogner contre ce séparateur (quoique moins avec celui-ci qu’avec le 1er posé …). D’un autre coté, une séparation physique, même symbolique, dissuade les automobilistes d’emprunter le couloir de bus (un petit effet psychologique).
      Pour les vélos, c’est en effet un gros retour en arrière!!! avec en plus une augmentation des manœuvres de sortie de stationnement en épis, avec des visibilités hasardeuses (sans compter les rez-de-chaussée d’immeubles qui seront bien arrosés de gaz d’échappement (comme au n°115 par exemple)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *