Le masque tombe…

Projet Gare, un petit aperçu du dernier atelier de « concertation » qui s’est tenu hier soir :

Atelier2 30-juin-2015

Même dispositif et même scénario que pour les deux premiers ateliers (23 et 24 juin), après une heure et demie de travail collectif, les huit tables (une cinquantaine de personnes) rendent compte de leurs desiderata.
Le maire note soigneusement et tient pour conclure un discours convenu sur les points de convergence, les divergences et la nécessité d’arriver à un projet «équilibré».

Cette fois-ci les participants, qui ont très majoritairement assisté aux trois ateliers, lui font gentiment savoir qu’ils sont un peu las de ces banalités et d’un discours qu’ils ont déjàAtelier1 30-juin-2015 entendu deux fois, et qu’ils aimeraient en savoir un peu plus sur ses intentions.
Et là, surprise…, le masque tombe brutalement : « la concertation ce n’est pas la co-production », « j’ai été élu sur un programme, je l’applique », « j’ai été choisi par deux fois par les électeurs, je suis donc légitime », « je crois en la démocratie représentative »…
En bref, la concertation (au sens habituel), la démocratie participative et le consensus ne font pas partie du logiciel de Jean-Didier Berger. Et en ce qui concerne la place de la gare, il fera comme il l’a décidé: il la supprimera et la remplacera par un bel immeuble.

Lorsqu’il a annoncé tout cela, des militants PS et quelques conseillers municipaux (une dizaine de personnes), qui s’agitaient depuis un bon moment, ont quitté bruyamment la salle, suivi de quelques Clamartois-es manifestement non politisés mais très déçus…

Ce contenu a été publié dans Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *